Le Tour d’Algérie est bien plus qu’une simple course. Avec un itinéraire «d’une beauté sans égal» composé d’une grande variété de pistes épiques au cœur de paysages surprenants, il garantit à la fois une superbe ambiance de course, une expérience magique et permet aussi de découvrir toutes les facettes de la beauté de notre pays.

Ainsi, la traversée du tour a suscité un engouement particulier auprès de la population. D’ailleurs, certaines scènes du  TAC 2018 nous ont fait, immanquablement, penser à ces étapes mythiques du «Tour de France» où une foule immense se masse aux abords des cols et des routes, afin de ne rien rater d’un spectacle hors du commun. Au «Tour d’Algérie», l’ambiance était pareille ou presque. En effet, de Mascara à Ksar El Boukhari en passant par la ville de Tiaret, ils étaient très nombreux à prendre place sur le bord des routes pour supporter les pelotons. Selon les organisateurs, «les coureurs ne s’y trompent pas, poussés par cet engouement unique et indescriptible, ils se surpassent et vont chercher au fond d’eux-mêmes les dernières forces nécessaires pour créer l’exploit ».  Ainsi, le « Tour», ce n’est pas seulement un événement sportif, mais c’est devenu un événement populaire ! Par ailleurs, il y a lieu de signaler que lorsque le tour est passé dans chaque ville, il a paralysé tout sur son passage. Avec le tracé qui emprunte généralement les routes principales, la circulation est devenue un vrai casse-tête pour les automobilistes. On apprend que certains font une dizaine de kilomètres pour contourner le tracé qui couvrait les plus grandes routes de campagne de la région.

Les participants « éblouis » par le paysage…
Les délégations, aussi bien algériennes qu’étrangères, ont découvert, pour la première fois pour la plupart des participants, de nombreuses régions. Tamanrasset, Tlemcen, Beni Saf, Ain Témouchent, Mascara et Tiaret pour ne citer que celles-là qui ont fait briller les yeux. Les athlètes ont certainement apprécié cette opportunité offerte par cette manifestation sportive organisée par la Fédération algérienne de cyclisme (FAC), sous l’égide du ministère de la Jeunesse et des Sports. La majorité d’entre eux que nous avions eu l’occasion de croiser à cette occasion ont affirmé avoir été «éblouis » par la beauté de la nature à l`état pur des régions qu’ils ont traversé jusque-là.

Des atouts certains
C’est le cas du coureur allemand de la Team Embrace the World, Fiege Lorenz qui pense que l’Algérie disposait de « sérieux atouts » et d`un « potentiel incomparable » pour le développement à grande échelle du tourisme.
« C’est la première fois que je visite l’Algérie. J’avoue que votre pays m’a fasciné. Je ne m’attendais guère à un tel paysage. C’est rare de voir une telle variété. D’un côté, il y a le Sahara qui me fait rappeler la Namibie et de l’autre un paysage typiquement méditerranéen avec une mer limpide et de la verdure. Chez nous en Allemagne, beaucoup de gens ne connaissent pas l’Algérie. Ce qui explique pourquoi les destinations d’Afrique du Nord les plus prisées sont l’Egypte et le Maroc. Il est temps que votre pays développe davantage son secteur touristique», nous a-t-il confié dans un français parfait. C’est dire que la petite reine algérienne peut se targuer d’avoir les vertus nécessaires pour se construire un magnifique royaume.
F. Dj.