Un gros flop. Voilà de quoi a accouché le derby de Manchester disputé à Old Trafford, samedi après-midi (0-0). Ole Gunnar Solskjaer jouait certainement sa tête, United ayant pris la porte dès la phase de poules de la Ligue des champions mardi. Alors, les Red Devils ont limité les risques après un premier acte plutôt intéressant. Il est plus difficile, en revanche, d’expliquer la triste prestation de City, sans idées et sans génie.
C’est peut-être Gary Neville qui a le mieux résumé l’impression générale à l’issue de cette rencontre. « Je suis très surpris de City. Ils ressemblent à une équipe qui s’ennuie un peu. Ce n’était pas Manchester City, ce n’était pas Pep Guardiola, avec et sans le ballon », a lâché l’ancien international anglais au micro de Sky Sports. Deux petits tirs cadrés et 54% de possession : les statistiques viennent confirmer ces propos.

« UN BON POINT » POUR GUARDIOLA
Le principal intéressé, lui, s’est montré satisfait du résultat. « Nous nous sommes créé trois ou quatre occasions, vous ne pouvez pas en attendre beaucoup contre une équipe comme United. Au final, c’est un bon point. Ce sera un bon point pour la suite si nous gagnons les prochains matches », a-t-il assuré à la BBC. Avant d’avancer quelques excuses, quand même. « United est toujours une équipe forte, c’est Old Trafford et ils ne sont éliminés de la Ligue des champions que pour quelques détails ». Reste qu’au-delà du résultat, différents signaux interpellent. À commencer par le choix et la gestion des hommes. Le technicien catalan a préféré Fernandinho à Ilkay Gündogan pour accompagner Rodri à la récupération, dans un double-pivot plus défensif qu’à l’accoutumée. Puis il n’a utilisé qu’un seul changement, poste pour poste, avec l’entrée de Ferran Torres à la place de Riyad Mahrez, pendant que Phil Foden ou Bernardo Silva s’impatientaient sur le bord du terrain.

« AU MOINS, ON A CETTE CONSISTANCE DERRIÈRE »
Surprenant, face à des Red Devils frileux et alors que son équipe n’est jamais vraiment parvenue à changer de rythme. Surprenant, comme ce pragmatisme affiché dans le discours par Guardiola. « Si on perd le ballon et qu’on est mal organisés, ils sont capables de contrer.
Si vous faites une erreur, ils vous punissent. On a la sensation qu’on a du mal à marquer des buts, mais au moins, on a cette consistance derrière, qui est importante. Un jour, on va marquer des buts », a-t-il analysé au micro de beIN Sports. Les Citizens restent sur six «clean-sheets» de suite toutes compétitions confondues, mais ont aussi bouclé deux de leurs quatre derniers matches par un 0-0. À l’arrivée, City est 8e, derrière son adversaire du soir au classement, et pourrait finir la journée avec huit points de retard sur la place de leader – mais un match de retard, certes. Avec déjà quatre nuls et deux défaites concédées, le champion d’Angleterre 2019 n’a gagné que 45% de ses matches de Premier League cette saison. Et pendant ce temps, le titre s’éloigne un peu plus. n