Hier matin, le FC Barcelone et ses socios faisaient grise mine. Quasiment éliminés de la Ligue des Champions après le match nul spectaculaire face à l’Inter (3-3), les Culers sont rentrés de Madrid avec une défaite 3 buts à 1 lors du Clasico, laissant ainsi les Merengues seuls leaders du classement de Liga. Une semaine à oublier pour les inconditionnels du maillot catalan, et surtout pour Xavi. Interrogé à l’issue de la rencontre, l’ancien milieu de terrain plaidait coupable. «Notre dynamique est négative. Rien ne nous réussit. (…) On a affronté une équipe très mature, qui sait profiter de ses moments forts. Nous sommes dans une phase de reconstruction.
On doit absolument changer notre mentalité dès maintenant. Il faut que l’on mûrisse. On apprend de nos erreurs. Ils nous ont battus sur la maturité. Je suis le premier responsable.» Et sa dernière phrase, beaucoup la valident ce matin. En effet, si certains se demandent encore comment l’arbitre n’a pas sifflé le fameux penalty sur Robert Lewandowski, les médias barcelonais ont surtout retenu les mauvais choix du coach blaugrana pour expliquer cette défaite.

Coaching défaillant
Déjà miné par une statistique peu glorieuse, Xavi se voit reprocher plusieurs erreurs fatales. Marca en a d’ailleurs répertorié quatre. La première est l’insistance de Xavi à titulariser Sergio Busquets. À l’instar de Gerard Piqué, le milieu de terrain de 34 ans n’a plus la condition physique pour ce genre de rencontre. À la traîne sur l’action du premier but madrilène et sur la frappe de Federico Valverde, «Busi» doit céder sa place. Deuxième erreur signalée : l’entrée trop tardive de Gavi. À 18 ans, le numéro 30 du Barça, annoncé comme favori au Golden Boy 2022, a attendu l’heure de jeu pour faire son apparition. «Beaucoup trop tard», écrit Sport. Troisième point : les trop mauvaises décisions en termes de coaching. Pedri semblait cuit, mais Xavi a attendu la 83e minute pour le sortir et mettre de la fraîcheur. Le remplacement de Balde, qui était l’un des moins mauvais Culers, par un Jordi Alba à court de forme a également étonné. Enfin, le quatrième reproche est la confiance aveugle faite à Ousmane Dembélé et Raphinha, remplacés tardivement par Ferran Torres et Ansu Fati. «Ansu Fati a été meilleur en 20 minutes que Dembélé et Raphinha réunis», tacle Sport. Vous l’aurez compris, Xavi a bel et bien perdu son totem d’immunité.