Le taux a été révélé, hier, en marge de l’inauguration des locaux du nouveau prestataire de service pour les demandes de visa pour la circonscription d’Alger. 10 162 Algériens sont en situation irrégulière en France et ce taux de 2017 est supérieur de 31,5% par rapport à 2016.

C’est ce qu’ont annoncé MM. Xavier Driencourt, ambassadeur de France, et Eric Gérard, consul général à Alger.  «Les Algériens sont les premiers de la classe», a dit l’ambassadeur, en comparant le nombre d’Algériens en situation irrégulière avec ceux issus d’autres nationalités. Pour sa part, le consul général a indiqué que ces personnes «ont fait un détournement de leur titre de séjour», indiquant que, dans leur majorité, ils ont eu des visas de court séjour, mais ils ont tenu à y rester ou à passer plus de temps que prévu dans le visa. «Nous avions délivré 413 000 visas en 2017 pour 650 000 demandes », a-t-il dit, précisant que 10 000 personnes, détentrices de visas, ont été refoulées des aéroports français pour cause de non-présentation de documents justifiant ceux fournis pour l’obtention du visa. Sur un autre volet, il a souligné que plusieurs Algériens ont vu leurs visas «annulés» par le consulat général de France pour «mauvaise utilisation». Plus explicite, il a indiqué que ces personnes «ont fait un mauvais usage, en se rendant, par exemple, dans un hôpital alors qu’ils n’ont pas le droit de se soigner là-bas et laissent des dettes atteignant des milliers d’euros parfois». Parmi les personnes qui ont vu leurs visas annulés, figurent de «hauts cadres», a indiqué le consul général.