Avec son unité de production d’acier plat, l’opérateur, outre le fait d’étendre ses activités à l’échelle locale et à l’export, s’inscrit dans la perspective d’intégrer favorablement la future industrie automobile en Algérie.

Par Khaled Remouche
En effet, avec ce mégaprojet, Tosyali escompte doubler sa production de 3 à 6 millions de tonnes/an de produits sidérurgiques à l’horizon 2025, créer 2 000 emplois supplémentaires et contribuer à l’approvisionnement de l’industrie automobile en aciers plats permettant à cette filière naissante d’atteindre les taux d’intégration automobiles prévus dans le cahier des charges du ministère de l’Industrie.
Avec des exportations de produits sidérurgiques d’une valeur de 1 milliard de dollars prévues en 2022, soit plus de 10% des exportations hors hydrocarbures du pays pour l’année en cours, Tosyali poursuit sa politique d’expansion de sa production sidérurgique et de ses exportations. Avec le lancement en novembre 2021 de son usine d’aciers plats au complexe sidérurgique de Bethioua à Oran, il escompte doubler sa production qui passera de 3 millions de tonnes actuellement à 6 millions de tonnes/an en 2025.
Pour mettre en exergue ces progrès dans l’intégration de sa production, Toysali participe, à l’instar de 600 entreprises nationales, à la Foire de la production nationale. Placé sous le haut patronage du Président de la République, cette manifestation, qui s’ouvre aujourd’hui à la Safex des Pins-Maritimes, présentera jusqu’au 24 décembre les atouts du secteur productif algérien. Une opportunité pour Tosyali pour faire connaître ses produits, rond à béton, fil machine, tubes d’acier et son futur projet d’usine de production d’aciers plats d’une capacité de 2 millions de tonnes/an qui permettra de créer 2 000 nouveaux emplois. Ce qu’il faut retenir du projet d’usine d’aciers plats, c’est qu’il est en phase avec les ambitions des autorités du pays, à savoir construire une industrie automobile plus intégrée.
Tosyali n’a pas caché, dès 2020, sa volonté de produire les aciers plats à Bethioua pour l’industrie automobile nationale et la filière électroménager locale.
Cette entreprise est passée aux actes en lançant, fin 2021, l’usine avec comme objectif de la réaliser en trente mois de travaux. Le cahier des charges récemment dévoilé par le ministère de l’Industrie concernant la construction automobile va dans le sens du projet.
Il est exigé 20% de taux d’intégration au cours des deux premières années pour les constructeurs de voitures en Algérie et 50% au terme de la cinquième année. Un marché avec la finalisation des cahiers des charges du ministère de l’Industrie se dessine.
La première usine de Fiat commencera à produire fin 2022 des véhicules à Tafraoui, à Oran. Renault serait également sur le point d’avoir le feu vert pour lancer sa production à court terme dans son usine de Oued Tlelat, selon les conditions du nouveau cahier des charges. Ce qui veut dire que Tosyali, une fois achevée l’usine d’aciers plats, pourrait fournir l’acier plat destiné essentiellement à la carrosserie ou aux pièces de rechange en acier à ces deux usines dans une première étape. Elément important à souligner, la proximité géographique de ces usines automobiles avec le complexe sidérurgique de Bethioua.
Avec la carrosserie disponible en Algérie, il est clair qu’un taux d’intégration d’au moins 40% pourra être atteint après quatre ans d’installation des nouvelles usines de construction automobile. Encore faut-il que l’Etat avec son suivi et son accompagnement puisse créer ce marché afin que les constructeurs cherchent sur place une bonne partie de leurs sous-traitants et leurs équipementiers et atteignent aisément le taux d’intégration assigné dans le cahier des charges.
Tosyali avec le complexe intégré de Bethioua présente des atouts compétitifs qui lui permettent de pénétrer aisément les marchés internationaux. Le complexe dispose comme atout une unité industrielle qui lui permet de traiter des minerais moins riches en fer et donc cédés à des prix moins chers. En ce sens, il est projeté par le ministère de l’Energie et des Mines de céder le minerai de fer de Gara Djebilet à Tosyali pour le transformer dans le complexe sidérurgique de Bethioua, une fois le problème technique de la composition du minerai de Gara Djebilet réglé. Ce qui veut dire que l’acier Tosyali sera probablement plus compétitif à l’échelon international. Du coup, Tosyali ambitionne également d’exporter les aciers plats vers l’étranger. n