Il y a certains triomphes qui n’impliquent pas forcément le respect sur la durée. Mais ce n’est pas le cas pour la consécration de l’Algérie décrochée lors de la dernière Coupe d’Afrique des nations. Presque une année après le sacre, l’EN est toujours la « meilleure équipe africaine ». C’est une reconnaissance signée Michel Dussuyer, sélectionneur du Bénin.

Il était le premier et le dernier à avoir battu les « Verts » sous les ordres de Djamel Belmadi. C’était le 16 octobre 2018 à Cotonou pour le compte des éliminatoires de la Coupe d’Afrique des nations 2019 que les coéquipiers de Riyad Mahrez remporteront plus tard. Depuis cette date, « El-Khadra » n’a plus perdu le moindre match enchaînant avec 18 rencontres sans défaite, nouveau record.
Le technicien français s’est souvenu de ce duel dans les colonnes de l’hebdomadaire sportif algérien « Botola ». « Je pense qu’on sait tous le talent qu’il y a en termes d’individualités dans cette équipe d’Algérie. Quand on les a affrontés lors des éliminatoires, c’était le tout début de l’ère Belmadi, il n’y avait pas encore son empreinte pas encore sa patte », relève-t-il. Quelques mois plus tard, les « Guerriers du Sahara » étaient complètement métamorphosés grâce au travail de leur nouvel entraîneur qui a su enclencher une dynamique basée sur la concurrence loyale et le mérite de porter le maillot loin des critères extra-sportifs et la starification qui commençait à s’installer dangereusement au sein du groupe.

La touche Belmadi
L’ancien driver de la Côte d’Ivoire pense que « Djamel a su apporter justement une dynamique dans cette équipe là et être derrière ses joueurs pour qu’ils aient beaucoup plus d’engagement et beaucoup plus de rigueur dans leur expression. On voyait une équipe beaucoup plus solidaire beaucoup plus généreuse sur le terrain et beaucoup plus disciplinée. C’est une équipe qui a su utiliser par la suite pleinement tout son potentiel et qui m’a fait une très très belle impression à la CAN.» Après la victoire finale en Egypte, les Algériens et les Béninois se sont de nouveau affrontés. C’était en septembre dernier au stade 5 juillet. Cette fois, le dernier mot est revenu aux Champions d’Afrique qui se sont imposés par le plus petit des écarts. « Lors du match amical après la CAN à Alger, où on voit qu’il y’avait beaucoup de certitudes et beaucoup d’énergie positive dans le groupe », se souvient Dussuyer. Ce dernier juge « logique que ce soit la meilleure équipe du d’Afrique du moment qui a remporté la CAN, même si le Sénégal n’était pas très loin derrière.» Bien qu’il soit le seul à avoir tâcher le bilan presque parfait de Belmadi (15 victoires, 5 nuls et 1 défaite), Dussuyer a salué le boulot colossal accompli par son homologue Dz depuis ses débuts en août 2018 sur le banc. « En tout cas chapeau a Djamel pour le travail qu’il a fait dans un laps de temps très court. Mais je pense que le joueurs étaient demandeurs, ils étaient dans une situation d’échec depuis quelques années et ils avaient envie que les choses bougent. Il y’a eu donc convergence, les planètes se sont retrouvées alignées à un moment donné entre l’entraineur qu’il fallait et la prise de conscience d’un groupe », reconnaît le coach de 60 ans. Le respect se gagne. n