Des réglages, il y en a toujours à faire en football. Tout coach aime jouer avec toutes ses armes. Et il y en a qui préfèrent certains à d’autres. En équipe nationale, le sélectionneur Djamel Belmadi n’a jamais caché sa préférence pour Youcef Atal pour le poste de latéral droit. Toutefois, le sociétaire de l’OGC Nice a manqué les 3 derniers regroupements. Ce qui veut dire qu’il ne peut pas demeurer une constance. Trouver une pièce de rechange qui présente de l’assurance est élémentaire pour les prochains rendez-vous.

Par Mohamed Touileb
Trois matchs amicaux (Mauritanie, Mali et Tunisie) pour essayer de retrouver des certitudes sur le plan défensif pour les « Fennecs » dont l’arrière-garde a craqué à 9 reprises lors des 6 derniers tests. Belmadi ne fera pas le casting parce qu’il a déjà des idées arrêtées depuis la Coupe d’Afrique des nations 2019. Son commando, il y tient. Mais, pour garder la force du champion, il faut soigner les faiblesses. Presque deux ans après le triomphe en Egypte, des données ont changé. On fera un zoom sur le côté droit de la défense où Atal, titulaire principal du poste, a contracté, 5 mois après le couronnement, une blessure assez sérieuse au genou avec l’OGC Nice. Après ce contretemps physique, le pensionnaire du « Gym » n’a plus porté le maillot d’ « El-Khadra ». Au total, c’est trois stages manqués: deux pour blessures et un parce qu’il avait contracté le Coronavirus.

L’EN plus perméable sans Atal
Lors des 6 sorties sans Atal, Helaïmia et Zeffane n’ont pas franchement rassuré que ce soit pour les phases défensives ou celles offensives. A un certain moment, on a même eu l’impression que ce Zeffane ne pouvait pas compter sur l’immunité du statut de champion d’Afrique pour rester au moins second de la hiérarchie derrière Atal. Mais voilà que Helaïmia n’a pas pu capitaliser sur la confiance de Belmadi en perdant le pied en club. En compilant 9 apparitions (301 minutes) seulement avec Beerschot Va depuis sa passe décisive pour Andy Delort contre le Zimbabwe à Harare, il ne pouvait pas rester dans les plans principaux de Belmadi. Cependant, on mentionnera que les facteurs temps de jeu et performances ne pèsent pas vraiment quand il s’agit d’Atal. « Youcef Atal s’il était disponible il aurait sûrement joué. Maintenant son absence offre la possibilité à d’autres joueurs de montrer leurs qualités », avait précisé Belmadi. Un gros message envoyé au Niçois pourtant pas dans une période faste et loin du niveau qu’on lui connaissait avant et durant la CAN : il est son principal recours.

Zeffane, plus confiant et plus performant ?
Combien de temps peut durer ce crédit sachant que l’ancien sociétaire du Paradou AC connaît des soucis récurrents pour son organisme avec des crochets incessants par l’infirmerie. Des soucis à la cuisse et aux adducteurs qui peuvent intervenir à tout moment vue leur fréquence. On se souvient tous de sa blessure à la clavicule à la CAN-2019 avec un Zeffane dépêché en pompier sans donner l’impression qu’il pouvait remplir pleinement le rôle. Son suppléant avait disputé une grande partie du quart de finale contre la Côte d’Ivoire et la demie ainsi que la finale face au Nigéria et le Sénégal sans que l’EN ne prenne un but dans le jeu dans les deux dernières explications qu’il a commencées titulaire. Malgré cela, l’ex-Rennais n’a jamais pu épaissir son statut. La couronne africaine ne lui a même pas permis de rebondir dans un bon club même s’il n’avait même pas la trentaine. Il a dû s’ « exiler » en signant au Krylia Sovetov Samara descendu en D2 russe la saison écoulée avant de signer une accession cet exercice. Peut-être que sa contribution à la montée (24 matchs en championnat et 5 en coupe de Russie) boostera son rendement pour qu’il convainque Belmadi de sa faculté à faire mieux que dépanner même s’il n’a, jusque-là, jamais eu une prestation référence avec les Verts.

Akim Zedadka en sérieuse option
Par ailleurs, il y a un autre élément fort susceptible de frapper à la porte de l’équipe nationale. Il s’agit d’Akim Zedadka. A 24 ans, lui aussi a pris l’ascenseur vers le palier suprême en France avec Clermont Foot. Pour accéder en Ligue 1 UberEats, il a livré des prestations remarquables qui lui valent l’intérêt de certains clubs déjà présents dans l’élite française. On citera Montpellier HSC et l’Olympique Marseille.
Etant donné qu’il a déjà évalué comme ailier droit avant sa reconversion, il est un très bon contrattaquant (un peu comme Atal) et présente des garanties défensives sur le papier. En effet, il a fait partie de la meilleure défense de la Ligue 2 avec 25 buts encaissés en 38 rencontres. De plus, Akim, qui a disputé 35 rencontres pour 1 but, peut jouer dans le côté opposé. Ce qui est un sacré atout.
Toujours est-il qu’il n’a jamais été appelé par Belmadi qui l’avait, toutefois, mis dans la liste élargie de mars dernier. Pour juin, il devrait être là avec des chances réelles de se voir offrir l’opportunité de montrer ce qu’il peut apporter dans le couloir droit.
Le Clermontois est- peut-être – une carte inespérée pour Belmadi au moment où les éliminatoires de la Coupe du Monde 2022 et la CAN-2022 se profilent. Remettre de l’ordre pour présenter le schéma le plus infaillible possible est une nécessité afin de maximiser les chances de réussir les prochaines sorties. n