Mercredi, l’équipe nationale des locaux s’est inclinée contre l’Arabie saoudite sur le score de 2 buts 0 en match amical à Cadix (Espagne). La deuxième défaite de rang de Rabah Madjer en sa qualité de sélectionneur de l’Algérie. Le coach des « Verts » a tout de même trouvé du positif dans ce revers. Lui qui voyait tout le temps du négatif dans les victoires des autres quand il était consultant. Quel paradoxe !

Sur les plateaux de télévision, l’« Expert » semblait plus à l’aise quand il analysait les rencontres de ses prédécesseurs sur le banc de l’EN. L’ancien joueur du FC Porto minimisait tout le temps les succès des autres en sortant, à chaque fois, la carte visite de l’adversaire. L’art d’enlever le mérite était sa marque de fabrique. Aujourd’hui, il semble avoir le don de faire en sorte que les gens aient une dent contre lui. Inévitable lorsqu’on voit ses conférences d’après-match et le contenu de ses fameux podcasts.
Au sortir du duel contre les Saoudiens, le successeur de Lucas Alcaraz a plus parlé de la qualité de ses homologues plutôt que de s’arrêter sur les défaillances tactique et technique dont les locaux ont fait preuve contre le «Mondialiste».

Les adjoints marginalisés
« Il ne faut pas oublier qu’il s’agit seulement du deuxième match de cette équipe des locaux, depuis des années. Nous avons joué un premier match en janvier dernier face à la sélection du Rwanda et au cours duquel nous avons gagné sur le score sans appel de quatre buts à un. Maintenant, c’est notre deuxième match et face à une équipe solide d’Arabie saoudite qui s’est qualifiée en Coupe du Monde. Je pense que ce match nous a démontré que les joueurs manquent d’expérience car ils ont manqué de confiance juste après le premier but encaissé», a lâché le premier responsable de la barre technique des « Fennecs ».
Ce qu’il faut lui rappeler, c’est que c’est lui qui a composé la liste des 23 joueurs concernés par cette joute amicale. Il s’est donc trompé dans le casting. Et cette faute lui incombe. À lui seul ! D’autant plus que des bruits de couloirs parlent de prises de décisions unilatérales sans concertation avec les deux adjoints Djamel Menad et Meziane Ighil. Ce dernier aurait même eu une vive explication (le ton est sérieusement monté semble-t-il) avec Madjer sur cet aspect ! Bonjour l’ambiance !

Positive attitude et football à basse altitude !
Madjer ne semble pas prendre l’ampleur des contreperformances. Après celle face à l’Iran (défaite 2 buts à 1) en mars dernier avec la sélection première, il enchaîne avec un second revers de suite sur le banc des A’. Inquiétant ? Pas du tout selon le technicien de 60 ans qui va jusqu’à juger que « cette défaite est positive d’autant plus que c’est face à un mondialiste. L’Arabie saoudite est une bonne équipe. Il faut perdre pour apprendre, c’est la loi du football. Ça nous a permis de voir beaucoup de joueurs pour faire le constat sur le niveau de chacun d’entre eux. Il y a ceux qui sont bons, ceux qui sont moins bons, c’est pour préparer les prochaines échéances».
Parallèlement, le coach de l’Arabie saoudite, Juan Antonio Pizzi, ne fait pas cette distinction. A ou A’, ça lui est égal. Pour lui, il a battu l’Algérie. Tout court. « Pour moi, il n’y a pas de 1re équipe et 2e équipe, on a joué l’Algérie et on était supérieurs, que ce soit en 1re mi-temps ou en 2e. Je respecte tous les joueurs, qu’ils soient locaux ou pros », a précisé le driver Espano-argentin. Madjer doit comprendre que l’emblème est l’emblème. Le drapeau est le drapeau. La leçon est par là…

Cap sur le Cap-Vert…
Après les Saoudiens, 70es au classement Fifa (oui, l’Algérie est mieux classée car logée à la 62e place), « El-Khadra» a rendez-vous avec le Cap Vert,  le 1er juin prochain. Les Capvardiens, 58es dans la hiérarchie mondiale, viendront jouer en Algérie. La partie devrait se dérouler au stade 5-Juillet 1962. Mois sacré du Ramadhan oblige, la partie se jouera à 22h00.
« En principe, oui, le match amical face au Cap Vert se déroulera au 5-Juillet d’Alger.
On aimerait bien jouer dans d’autres stades du pays, mais ils ne sont pas prêts pour accueillir des rencontres de la sélection, notamment en ce qui concerne la pelouse. Je profite de l’occasion d’ailleurs pour lancer un message à toutes les wilayas qui ont un stade capable d’accueillir des matchs de l’EN qu’elles réhabilitent leurs enceintes. L’Equipe nationale appartient à tout le peuple algérien », a révélé Hakim Medane, manager général du « Club Algérie », au quotidien spécialisé « Le Buteur ».
Il faut dire que pour les choix des sparring-partners, ça ne vole pas vraiment haut. Même si les coéquipiers de Yacine Brahimi défieront le Portugal de Cristiano Ronaldo le 7 juin prochain à Lisbonne. Depuis 2009, on n’a pas senti nos « Guerriers du Sahara » aussi vulnérables. On est tombé bien bas. Regrettable !