Finies les longues conférences de presse qui durent plus d’une heure. Djamel Belmadi, sélectionneur de l’équipe nationale, ne veut plus donner de la matière à certaines parties qui rallongent les oraux du coach sans que cela débouche sur des échanges constructifs. En tout cas, le département de la communication de la Fédération algérienne de football (FAF) a fait part des nouvelles règles du jeu pour les face-à-face entre le coach et les médias.

Par Mohamed Touileb
Le temps imparti sera de 30 minutes. Comme cela se fait à l’international. En effet, une conférence de presse d’un sélectionneur est, généralement, de 20 minutes à 30 minutes. Habituellement, Belmadi parle longtemps avec les journalistes. Et ce n’est pas toujours dans une ambiance bon enfant.

Des personnes blacklistées ?
Pour éviter ces tensions, la FAF a décidé de « sabrer » le temps. Ainsi, l’instance fédérale a précisé, au moment d’annoncer la date de la conférence de presse de Belmadi sur son site, que « pour le bon déroulement de cette conférence et afin de donner la meilleure image de notre sélection », la sortie médiatique « durera 30 minutes, soit de 11H à 11H30 ».
Par ailleurs, la FAF note que « ne seront admis au CTN de Sidi Moussa que les représentants des médias accrédités sur présentation de leur carte de presse » et la « la porte de l’auditorium sera fermée à 11H afin de ne pas perturber les présents ». Le tout, sans oublier la fameuse « règle d’or » imposée par Belmadi que « tous les téléphones devront être mis en mode silencieux ou éteints, par respect au sélectionneur national et aux représentants des médias présents ».
Il est très probable que certaines têtes ne seront pas « admises » pour la circonstance pour défaut d’accréditation. On pourrait croire, compte tenu de ces précisions, qu’une liste de personnes indésirables a été établie. Le changement de méthode est radical mais privilégierait les questions qui concernent le volet purement sportif sans se perdre dans les « clashs » habituels où le respect mutuel entre les différentes parties se perd.

Elever le dialogue et préserver le respect en priorité
Qu’est-ce que le menu « allégé » annoncé par la FAF donnera ? On verra tout cela aujourd’hui à l’auditorium Omar-Kezzal au Centre technique national (CTN) de Sidi-Moussa. On saura si cette stratégie va élever le dialogue footballistique et apaiser la relation entre les journalistes et le coach d’« El-Khadra ». Souvent offensif dans ces interventions, Belmadi a parfois tendance à s’énerver quand les conférences de presse s’éternisent. En optant pour une durée réduite, il pourrait aller à l’essentiel et répondre (ou pas puisqu’il en a le choix et les prérogatives) aux interrogations de nos confrères. L’essentiel est que ces rencontres se fassent dans le respect réciproque. Cela reste la priorité car, après tout, il ne s’agit que de football et de jeu. n