Sachant que le costume de président de la Fédération algérienne de football (FAF) a une allure sensiblement politique, le sélectionneur Djamel Belmadi sait parfaitement que certaines décisions, comme le nom du patron de la FAF, le dépassent. Toutefois, il semblerait que les autorités lui laissent un droit de regard sur le nom du prochain dirigeant de l’instance avec lequel il va collaborer.

Par Mohamed Touileb
A moins d’un sacré coup de théâtre (qui n’est pas à écarter), le sort de Kheireddine Zetchi est déjà scellé à la tête de la structure footballistique suprême du pays. Le coach de l’EN s’est rendu à cette évidence en se projetant déjà sur l’avenir sans le propriétaire du Paradou AC. Belmadi est, comme il l’a laissé entendre dans une récente déclaration, déjà tourné vers les éliminatoires de la Coupe du Monde 2022 au Qatar. Campagne qui va débuter en juin prochain.

La poursuite de mission sous conditions
En gros, peu importe le sort de Zetchi, le premier responsable de la barre technique des « Fennecs » respectera son engagement qui consiste à coacher les « Verts » jusqu’au Mondial 2022 s’il parvient à s’y qualifier. Si l’ancien driver d’Al-Duhail a montré une prédisposition à rester, il ne compte pas travailler avec un n’importe qui. Et les décideurs du pays le savent pertinemment.
A l’approche de l’Assemblée générale élective (AGE) de la FAF, programmée pour le 15 avril prochain, l’architecte du sacre lors de la CAN-2019 a tenu deux réunions « en haut lieu » ces dernières heures. Une première entrevue avec Sid-Ali Khaldi, ministre de la Jeunesse et des Sports (MJS), samedi en présence de d’Abdelhafid Allahoum qui n’est autre que le Conseiller de la Présidence. Quant à la seconde, elle a lieu dimanche avec le Président de la République Abdelmadjid Tebboune. D’ailleurs, c’est pour cette raison qu’il n’était pas présent samedi pour diriger l’entraînement de la soirée au Centre technique national (CTN) de Sidi-Moussa.

Antar Yahia IN – Zetchi OUT ?
Bien évidemment, l’objet de ces « discussions » n’a pas été rendu public. Néanmoins, selon nos informations, les échanges portaient sur le prochain homme qui gouvernera au siège de la Dely Brahim. Sachant le tempérament de Belmadi, il ne serait pas prêt à travailler avec n’importe qui. Il y aurait même des personnes qui seraient des choix rédhibitoires pour la poursuite de sa mission sur le banc d’El-Khadra.
Aussi, d’après des échos qui nous sont parvenus, le nom d’Antar Yahia, actuel Manager à l’USM Alger, circule comme éventuel candidat. C’est l’une des personnes avec lesquelles Belmadi pourrait envisager de travailler. La question qui se pose certainement porte sur la faculté de l’ancien numéro 10 de l’Algérie à changer, ou pas, le sort de Zetchi pour ses élections ? Une chose est sûre, le poids de Belmadi au sommet de la balle ronde algérienne n’est pas négligeable. Ses mots peuvent avoir une certaine portée. n