L’âge moyen de la sélection n’est pas ce qui préoccupe Djamel Belmadi. Même s’il devait repartir pour un nouveau cycle afin de former une équipe qui pourra disputer la Coupe du Monde 2026 dans moins de 4 ans, le sélectionneur n’est aucunement pressé de se « débarrasser » des joueurs à l’âge avancé. Pour lui, même ceux qui ont dépassé la trentaine ont toutes les chances d’être appelés ou rappelés. Il a notamment évoqué les cas de Bounedjah et Benlamri en illustrant avec Slimani.

Par Mohamed Touileb
Raïs M’Bolhi (36 ans), Djamel Benlamri (33 ans) et Baghdad Bounedjah (31 ans) ont fréquemment été convoqués depuis l’arrivée de Djamel Belmadi. Toutefois, ils ne figuraient pas sur la liste des 24 joueurs retenus pour la date FIFA de septembre et les deux rencontres amicales contre la Guinée et le Nigéria. Ce trio a un point en commun : il a dépassé la barre de la trentaine.

30 ans, ce n’est pas vieux
Est-ce que ce détail pourrait impacter leurs chances de retrouver la sélection dans l’avenir ? La réponse de Belmadi était sans équivoque : tout dépendra de leurs performances. Quant à l’âge, il n’est qu’un détail dans l’équation. La date de naissance ne sera aucunement un critère pour le driver des « Fennecs » qui n’est pas adepte de la théorie de l’obsolescence. Ainsi, il déclare que « Bounedjah a 31 ans et après. Je vois que beaucoup pensent que dès qu’un footballeur dépasse la trentaine, il est automatiquement considéré comme «trop vieux». Ce n’est pas vraiment le cas. » Pour poursuivre son argumentaire, le premier responsable de la barre technique d’« El-Khadra » relève que « c’est vrai que leur carrière est plus derrière eux que devant eux, mais on ne va pas mettre une date et celui qui la dépasse, c’est fini. Rien n’est terminé pour Bounedjah et Benlamri. J’ai trop de respect pour eux. Je n’oublie pas ce qu’on a vécu dans le passé mais je pense à l’avenir aussi. Je fais très attention à ce qu’ils font ».

Brahimi en contradiction
Aux yeux de Belmadi, l’exemple le plus concret de sa conception de la « sélectionnabilité » reste le briscard Islam Slimani. « Regardez Islam, il est toujours là à 34 ans, il se maintient. Il est toujours performant avec le Stade Brestois et peut encore donner. Il est encore là. Mais un jour, je vais avoir la douloureuse décision de l’arrêter. 30 ou 34 ans, si t’es performant, tu seras là ». Une autre illustration a été avancée par le successeur de Rabah Madjer qui interpelle sur le fait que « la moitié de l’équipe de France par exemple. Beaucoup de joueurs ont plus de 30 ans: Pogba, Giroud et Benzema. Mais ils sont performants ». A l’instar de Bounedjah et M’Bolhi, deux autres champions d’Afrique en 2019 se retrouvent en dehors des plans de Belmadi pour septembre. Il s’agit de M’Bolhi (36 ans) et Brahimi (32 ans). Si le premier nommé bénéficie d’un statut de « légende » qui lui assure une certaine longévité sur les court et moyen termes, le milieu offensif aurait dégringolé dans la hiérarchie des priorités du coach national. « Je ne peux pas dire que Yacine Brahimi a un futur ou pas en équipe nationale. Pour l’instant, je veux voir d’autres joueurs », c’est avec cette déclaration ambiguë que Belmadi a clos sa mise au point sur les trentenaires. Quelque peu contradictoire. Mais bon… n