En partant du principe que les Algériens ont le droit de savoir des choses sur leur équipe nationale, le sélectionneur Djamel Belmadi a répondu, hier par visioconférence, aux questions des journalistes. Lors de ce face à face virtuel, le driver de l’EN a dit des vérités. Et, comme il nous a habitués, c’était sans langue de bois. Extrait.

Avant tout, il s’agissait d’évoquer les deux prochains adversaires des « Fennecs » pour la date FIFA d’octobre. Le choix s’est porté sur le Nigéria, que l’EN affrontera demain (20h30) en Autriche, et le Mexique avec lequel elle croisera le fer 4 jours plus tard (20h) au Pays-Bas. Deux vis-à-vis de certain calibre.

Il n’aime pas la facilité
« Je cherchais des matchs qui puissent nous mettre dans la difficulté. Certains pourraient dire il faut reprendre doucement mais moi je ne vois pas les choses comme ça, il faut profiter des dates FIFA, il y en a pas tant que ça », a expliqué Belmadi qui a opté pour la thérapie de choc afin de réanimer la compétitivité, en berne depuis presque un an, de ses protégés en ajoutant avoir « opté pour des matchs difficiles car j’estime que la progression d’une équipe passe par ça.» Le driver des « Verts » » n’est pas adepte des promenades de santé et des excursions footballistique. D’ailleurs, il note qu’« on aurait pu opter très vite contre des équipes de moindre envergure mais j’ai eu l’exigence d’obtenir ces deux matchs de prestige contre le Nigeria et le Mexique. Le Nigeria tout le monde connait, c’est la 2e meilleure équipe au classement FIFA/CAF. Pour le Mexique, c’est une équipe qui tourne à plein régime. Ils n’ont pas perdu depuis 20 matchs. Ils ont beaucoup de joueurs, ils sont capables de faire deux ou trois listes.»

L’avis sur Zerkane et Medioub, les deux nouveaux
Pour la fenêtre internationale d’octobre, le premier responsable de la barre technique d’« El-Khadra » a fait appel à deux nouvelles têtes : Abdel Jalil Medioub (Tondela FC/Portugal) et Mehdi Zerkane (Girondins de Bordeaux) dans l’ordre. « Medioub est un joueur au profil particulier. On a un problème en défense avec l’absence de Benlamri. C’est un poste où l’on a un manque. Nous les maghrébins, on aime dribbler et marquer. C’est pour ça qu’on manque de défenseurs et gardiens. Je ne sais pas s’il va participer. Mais il nous donne déjà une bonne impression. Il a signé au Portugal, il va jouer, on va le suivre », a noté Belmadi. A propos de Zerkane, il a déclaré qu’« il est très jeune. Il vient de débuter. Il a démarré en Ligue 1 avec Bordeaux, pris un carton rouge puis s’est blessé pour cinq semaines. Il arrive à court de compétition. J’ai hésité à le prendre mais finalement il m’a donné envie de le prendre.» Sa disposition sans faille à jouer pour l’Algérie a, vraisemblablement, motivé cette sélection car « il a choisi d’emblée l’équipe d’Algérie contrairement à d’autres alors qu’il est tri-national (sa maman est tunisienne).» Le successeur de Rabah Madjer semble sensible à cette appartenance.

Les précisions sur Aouar et semblables
Contrairement à Zerkane, d’autres binationaux n’ont pas éprouvé le même enthousiasme pour porter la tunique Dz. On pense là à Houssem Aouar dont le nom avait constamment circulé ces derniers temps avant qu’il ne soit officiellement appelé en équipe de France. Belmadi assure avoir fait le nécessaire pour l’enrôler. Et ce, dès son arrivée aux affaires techniques. « Je suis entré en contact avec Aouar quasiment dès mon entrée en fonction. Mais ça se trouve il a toujours rêvé en bleu », a-t-il révélé en précisant qu’« Aouar avait tranché depuis très longtemps. Mais je n’allais pas le crier sur tous les toits parce que ces joueurs ont des familles. On va pas les mettre en difficulté.» Pour le technicien de 44 ans, « ces jeunes comme Aouar adorent les réseaux sociaux. Ce qu’on dit sur eux. Je sais qu’il va venir voir ce que je dis sur lui. J’ai travaillé en silence sur le dossier, pour ne pas le mettre en difficulté. Si Aouar avait décidé de changer de nationalité sportive, je l’aurais mis sur ma tête. » Toujours concernant le dossier sensible et récurrent des joueurs à la double nationalité, il précisera que « quand un joueur intéresse le sélectionneur, c’est lui qui le sélectionne » non sans rappeler qu’« il n’y a pas de nouvelle stratégie. Il y’a deux étapes, aller voir le joueur, puis sélectionner. On n’envoie pas une convocation sans changement de nationalité sportive » ajoutant que « pour ramener Gouiri, Ait Nouri ou Cherki, il faut qu’ils prennent une feuille et aillent changer de nationalité sportive. Personne ne l’a fait. » Clair, net et précis.

Inquiet pour certains poulains…
Par ailleurs, le regroupement d’octobre connaît l’absence de certains éléments ayant fait partie de l’épopée africaine en Egypte qui ne sont pas là pour diverses raisons. Youcef Atal est blessé alors que Youcef Belaïli et Islam Slimani sont à cours de compétition en plus d’avoir un avenir flou en club. A propos du premier nommé, le conférencier a assuré qu’ « Atal, on suit sa situation. Il se blesse souvent. Ce n’est pas facile à gérer psychologiquement. Là il revient. Il doit revenir au mieux. On a besoin de lui. Mais là je dois me soucier des joueurs qui sont là, je dois voir ceux qui vont jouer à sa place.» A l’égard de Belaïli, qui était très en vue lors de la CAN-2019, Belmadi regrette que l’ex-sociétaire de l’ES Tunis, qui est en instance de départ d’Al-Ahli SC, soit « dans une situation compliquée. Je ne suis pas son agent, mais quand je peux donner des conseils je le fais. On espère qu’il trouve une bonne sortie et qu’il revienne en sélection.» Comme le milieu offensif, Slimani n’a pas pu trouver de point de chute alors qu’il était annoncé du côté de la Ligue 1 française : « Je sais qu’il cherchait activement mais ça ne s’est pas bien passé. Toutefois, le mercato n’est pas encore fini. Il voulait être avec nous. Il aurait pu choisir la facilité en allant dans le Golfe mais il ne l’a pas fait et ça me plait », reconnaît Belmadi. Le meilleur buteur de la sélection en activité (30 réalisations) a jusqu’au 15 octobre pour bouger de Leicester City. Il pourrait s’engager avec un club de D2 anglaise pour ne pas chômer avec Swansea City et Bournemouth ou encore Watford comme pistes potentielles.

Mais satisfait pour d’autres aussi
Il n’y a pas eu que de mauvaises nouvelles lors des dernières heures du mercato. Djamel Benlamri, un des cadres de l’EN, a pu signer à l’Olympique lyonnais. « Je dis mabrouk à Djamel, il mérite. Quand il était sans club, on était inquiets. Maintenant avec Lyon, il sera dans le très haut niveau et ce sera très bénéfique pour nous », s’est réjoui l’ancien numéro 10 des Guerriers du Désert. En outre, il y a eu l’arrivée de l’avant-centre Karim Aribi du côté du Nîmes Olympique en provenance de l’ES Sahel. « J’ai envie de parler aussi de l’ambition de Karim Aribi qui a choisi Nîmes malgré les conditions salariales bien en de ça de ce qu’on lui proposait dans le Golfe. Ça montre que c’est un joueur très motivé », a salué Belmadi. Le fer de lance semble faire partie de ses projets d’avenir. A 26 ans, il aura largement le temps de venir se mêler à la concurrence à la pointe de l’attaque en compagne de Bounedjah, Slimani ou encore Delort.

Benrahma et « les étapes »
S’il y a des défections ça sera aussi une chance pour certains d’avoir du temps de jeu. C’est le cas pour Saïd Benrahma qui « aura sa chance dans ce stage », comme certifié par Belmadi. Si le pensionnaire de Brentford (championship) est doué, il semble avoir du mal à franchir le cap en club et en sélection. « Benrahma peut s’imposer en Premier League et en EN. Mais il y’a des étapes » d’après l’architecte de la deuxième consécration africaine de l’Algérie qui pense qu’« en principe, après ses performances en Championship, il devrait jouer en Premier League.»
Tout comme le natif d’Aïn Témouchent, Farid Boulaya (FC Metz) sera sous la loupe. « C’est un joueur que j’ai déjà appelé. Il fait un très bon début de saison » rappelle Belmadi qui espère qu’« ‘il va montrer des choses en sélection.» Il y a comme une redistribution des cartes pour les « seconds couteaux » qui doivent être tranchants pour se faire de la place. L’épreuve du terrain sera demain et mardi prochain contre les Nigérians et Mexicains. Les places sont chères. Seuls les plus convaincants resteront. n