Lors des Jeux Olympiques 2020 de Tokyo, qui se sont déroulés du 23 juillet au 08 août écoulés, il avait laissé une très forte impression en terminant à une très encourageante 5e place dans la finale du triple saut. Pour sa première compétition post-olympiades et à l’occasion de la Ligue de Diamant de Paris samedi dernier, Yasser Mohamed-Tahar Triki (24 ans) a fini deuxième de sa spécialité. Pourtant, l’Algérien a réalisé le meilleur saut du concours avec 17.16 m dès le premier essai. Ce « litige » réglementaire, spécifique aux compétitions de la Diamond League, à part, il faut relever que le sauteur est en train de se faire de la place parmi l’élite mondiale.

Par Mohamed Touileb
Samedi, le Constantinois a planté le décor d’emblée. Un bond de 17.16m pour lancer le concours. Son concurrent direct du concours était -bien évidemment- Hugues-Fabrice Zango qu’il avait déjà défié aux JO japonaises. Ce dernier a mis du temps à prendre ses repères. Toutefois, il a gardé sa meilleure tentative pour la fin de la compétition sautant à 16.97m.
Potentiel confirmé
Pour revenir au sauteur Dz, il avait décidé de faire l’impasse sur 2 des 6 essais dont il disposait. Il avait signédes atterrissages moyens 13.61m et 14.93m lors de la 3e et 4e tentative. De son côté, le Burkinabé a toujours dépassé la barre 16m pour ses 6 sauts. Cela a été préjudiciable pour l’Algérien dont la marque de 16.71m au dernier bond qui a été prise en compte pour établir le ranking final. C’était 5 centimètres de plus que le Portugais Pereira Tiago qui clôt le « Top 3 ». Beaucoup se demanderont pourquoi ce n’est pas la meilleure tentative qui a été comptabilisée pour établir le classement final. L’explication est qu’en Diamond League, après les 3 premiers essais, les 3 meilleurs sauteurs livrent un « Final 3 ». Triki, comme la majorité des athlètes, n’est pas franchement fan de ce mode pour départager les concurrents. « Cette règle n’existe que dans la Diamond League. Et les athlètes ne l’affectionnent pas particulièrement parce que tu peux être celui qui saute le plus loin dans le concours et perdre », a-t-il expliqué. Le double-médaillé d’or du saut en longueur et du triple saut aux Championnats Panarabes 2021 à Radès (Tunisie) assurera, néanmoins, être « satisfait. C’est l’essentiel. La prochaine fois incha’Allah ça sera à Zurich et je vais préparer cette édition parce que ça sera la finale. Et j’espère que tout ira bien pour moi ».

Zurich en bouquet final
Ainsi, après sa victoire lors du concours de la Ligue de Diamant à Oslo (Norvège) début juillet dernier, le Constantinois se contentera d’une seconde mais encourageante place à Paris avec une pincée d’amertume. Mais tous les signaux indiquent qu’il faudra compter sur lui dans les prochains évènements d’envergures. Notamment pour les JO-2024 à Paris (France) et les Championnats du monde d’athlétisme 2022 prévus à Eugene (Etats-Unis) l’été prochain. Yasser Triki, qui a battu à deux reprises le record d’Algérie en le portant à 17m43 lors des JO de Tokyo 2020, fait désormais partie des meilleurs athlètes du monde dans sa discipline dans laquelle il pourrait marquer les esprits dans un proche avenir. Après l’étape de Paris, Triki prendra part à quatre autres compétitions, entre le 8 et le 15 septembre prochain. Il sera notamment présent à la dernière étape de la Ligue de Diamant de Zurich (Suisse). Par la suite, il enchaîner avec le meeting de Berlin (Allemagne) le 12 septembre, puis celui de Croatie le 14 septembre, avant de clôturer sa saison en Italie le 15 septembre. Des rendez-vous dans lesquels il devrait confirmer sa bonne santé sportive.