Le réexamen par la cour d’Alger du dossier d’Ali Ghediri, général-major à la retraite, prévu hier a été renvoyé au 7 février, a affirmé le collectif de défense de l’ancien candidat à la présidentielle d’avril 2019.
Le réexamen du dossier, accepté par la cour suprême, est accompagné également par la requalification des chefs d’inculpation en gardant contre Ghediri la charge «d’atteinte au moral de l’armée», alors que l’accusation «d’intelligence avec l’ennemi», retenue par le juge instructeur de l’affaire en 2019, ne figure plus dans les faits reprochés à l’ancien officier.
Pour rappel, le général-major à la retraite a été placé, le 13 juin 2019, sous mandat de dépôt par le juge d’instruction près le Tribunal de Dar El Beïda à Alger. Il est accusé de «collecte d’informations, de nature à porter atteinte à l’économie nationale» au profit de pays étranger» et d’«atteinte au moral de l’armée nationale».N. B.