Les deux prétendants ne sont pas dans une forme optimale. Mais, en Liga, le duel s’annonce crucial pour un éventuel triomphe finale. Deux points seulement séparent le leader FC Barcelone et le Real Madrid son poursuivant direct et éternel rival. A partir de là, cette explication comptant pour la 26e journée, prévue ce soir au stade Santiago-Bernabéu (21h), représente un tournant dans la saison. Si un nul suffit au « Barça » afin de rester aux commandes, pour
les Madrilènes, la victoire est vitale.

Certes, ils sont dans la course pour remporter le championnat espagnol mais l’éternel tandem ne tourne pas à plein régime comme ce fut le cas lors des dernières saisons. A partir de là, on ne sait pas trop comment sera cette emblématique et historique confrontation. En tout cas, pour Jorge Valdano, ancien entraîneur et directeur sportif du Real Madrid, « c’est un choc entre deux canards boiteux. Les deux sont mal en point actuellement, c’est la réalité. La renaissance du Barça, c’est plus lié à la chute du Real Madrid qu’à une véritable amélioration de leur jeu.» Un constat, fait sur la chaîne radio « Onda Cero » », très proche de la réalité. Donc pas tout à fait faux pour les vrais connaisseurs.  Les « Blaugrana », détenteurs du titre, ont pu reprendre le fauteuil de leader après la dernière journée quand ils avaient étrillé Eibar à domicile 5 buts à 0. Lionel Messi, l’homme en forme d’un club qui balbutie un football habituellement fluide, était allé de son quadruplé. Un carton qui avait coïncidé avec la défaite de l’ennemi juré à Levante (1/0) après le nul concédé à domicile (2/2) contre le Celta Vigo. En ne glanant qu’une unité sur les 6 dernières possibles, les camarades Karim Benzema ont permis aux Catalans, qui ont aligné 3 succès de suite, de recoller puis les dépasser.
Ramos – Messi : duel sempiternel !
Pour cette soirée dans l’antre de la capitale, il faudra surveiller Lionel Messi qui reste le danger principal des Barcelonais. Il disputera son 42e Clasico soit autant que Xavi Hernández, son ex-coéquipier, et un de moins que Ramos qui devient co-détenteur du record avec Manuel Sanchís, ancien de la maison. Le défenseur et le meneur de jeu vont ainsi se recroiser pour la 42e fois depuis le début de leur carrière dans ce rendez-vous majeur du football ibérique mais aussi mondial. La « Pulga » est un buteur hors pair dans ce genre de rencontres. Il fait partie des cinq joueurs dans l’histoire de cet affrontement à inscrire deux triplés. A lui s’ajoutent Ferenc Puskás, Santiago Bernabéu, Jaime Lazcano et Paulino Alcántara. Aussi, le sextuple Ballon d’Or a inscrit 26 réalisations tous Clasicos confondus. Il devance Di Stéfano et… Cristiano Ronaldo qui en comptent 18 chacun. Sauf que ces deux derniers n’en ont joués que 30. Ramos sait donc qu’un « Léo » dans un grand soir peut faire très mal à l’arrière-garde qui a pris 3 buts chez elle mercredi dernier au moment d’affronter Manchester City en 1/8 de finale de Ligue des Champions. A propos du maître à jouer du FCB il dira avoir « un énorme respect pour lui. Je pense que c’est l’un des meilleurs joueurs de l’histoire. J’espère que dimanche (NDLR jour du Clasico) ne sera pas son jour, ça voudrait dire qu’on aura fait notre travail, et si en plus de ça nous pouvons obtenir un bon résultat, tant mieux. Je lui souhaite le meilleur en tant que professionnel, mais seulement si ça ne nous affecte pas négativement parlant ! » Le capitaine de l’Argentine en impose.

BernaLéo
Dans l‘écrin du Bernabéu, Messi a souvent brillé. La copie est là pour en témoigner : huit passes décisives et 15 buts sur les lieux qu’il a visités à 19 reprises. Personne ne peut se targuer de faire mieux. Dans son jardin, le lutin risque, encore une fois, de faire très mal à sa proie favorite. Zinédine Zidane, driver de la « Casa Blanca », est conscient que la présence du natif de Rosario est une grande menace. « Nous connaissons l’importance de Messi dans son équipe.
C’est un joueur fondamental pour eux », estime-t-il. Néanmoins, « Zizou » évoque aussi la qualité du collectif de son homologue Quique Setién en rappelant qu’ « ils sont bons quand même, c’est un groupe qui se débrouille très bien. Nous nous inquiétons de ce que nous allons faire et nous allons jouer contre un très bon adversaire.» Les joueurs de qualité, il y en aura ce soir pour cette chaude empoignade. A l’exception de Luis Suarez, qui est toujours blessé. Une absence non-négligeable parce que l’Uruguayen compte onze buts face au Real. Aucun joueur n’a trouvé la faille plus que lui dans cette opposition spéciale depuis son arrivée en Catalogne. Après le 0/0 à l’aller, cette seconde manche ne devrait pas se terminer sur un score vierge tant les deux arrière-gardes semblent fragilisées.n