Ce n’était pas un Clásico génial. Mais, pour Zinédine Zidane et le Real, il était crucial. Annoncé sur un siège éjectable, le driver madrilène se devait de réaliser un bon résultat en Liga face au FC Barcelone, ennemi juré, pour le compte de la 7e journée. Zizou est les siens sont partis s’imposer (1-3) en Catalogne. De quoi pouvoir souffler et reprendre le leadership en championnat avec 13 unités.

Il y avait un avis de tempête sur Madrid. Fort heureusement, la première averse est passée pour les Champions en titre qui risquaient de voir leur coach se faire remercier prématurément. A la «Casa Blanca», exigence oblige, quand on récence quelques petits couacs on parle déjà de crise. Surtout ce revers concédé mercredi dernier à domicile face au Shakhtar Donetsk (2-3) en Champions League.
74 victoires à 72
Cette défaite en C1 a déclenché le système d’alarme. Dès lors, Zidane se devait de rectifier le tir à défaut de se voir licencier. La presse s’est un peu empressée à le clouer au pilori. On parle tout de même d’un entraîneur qui a aligné 3 consécrations en LDC en 2016, 2017 et 2018. Malgré cela, il avait besoin de plus que ça pour être immunisé. Hier, il a décroché un nouveau totem en allant l’emporter chez le «Barça» sans vraiment trembler. Trois points d’empochés et de la sérénité retrouvée. Tout ça grâce à des réalisations de Valverde (5’), Ramos (63’ s.p) et Modric (90’).
L’égalisation rapide de Fati (8’) n’a pas permis aux Barcelonais de reprendre le dessus dans une rencontre où les hôtes n’ont pas vraiment su être supérieurs. L’orgueil des «Los Blancos» a décidé du sort de ce 181e «Classique» en Liga avec un bilan de 74 victoires pour les «Merengue» et 72 pour les «Blaugrana». Les deux rivaux se sont quittés dos à dos à 35 reprises.
ZZ invincible à New Camp
Pour le bilan global, la «Maison Blanche» est devant d’une courte tête (97 succès contre 96 défaites en 244 explications). Cet excellent résultat ne peut que satisfaire «Zizou» qui ne semblait pas autant inquiet pour son poste avant d’entamer cette bataille. Logique lorsqu’on sait qu’in n’a jamais perdu à New Camp quand il était sur le banc. Il avait une copie de 2 victoires, 3 nuls. Hier, il a confirmé la tendance en signant une nouvelle victoire.
Ses poulains ne l’ont pas lâché et ont livré une bien meilleure prestation par rapport aux dernières sorties. Notamment lors de l’explication face au promu Cadix qui leur avait infligé la première défaite en Liga il y a 8 jours. Comme à chaque fois, l’ancien numéro 10 de l’équipe de France boit la pression et redresse la barre lorsqu’il est donné dos au mur. Il ne reste désormais qu’à essayer de rectifier le tir en Europe dans deux jours en se rendant en Allemagne pour défier le Borussia M’gladbach de Ramy Bensebaïni. L’objectif sera de se relancer dans la poule «B» où figurent aussi l’Inter Milan et le Shakhtar. n