Le gel des activités sportives, décidé par les autorités algériennes en raison du Coronavirus, s’étend jusqu’au 5 avril prochain. Va-t-il être prolongé ? C’est une quasi-certitude vu la situation sanitaire actuelle. Le championnat d’Algérie de football, à l’image des autres disciplines, ne devrait ainsi pas reprendre dans 4 jours. Même si la Ligue de football professionnel (LFP), que gère Abdelkrim Medouar, a déjà établi une programmation pour une reprise éventuelle.

Samedi soir, lors de son passage à la radio algérienne, Medouar ne semblait pas vraiment inquiet pour le sort des deux championnats « pro » qu’il est chargé de gérer. Et ce, Malgré des enjeux économiques qui pourraient rendre la gestion de la balle ronde nationale plus compliquée si la pandémie s’étale dans le temps. « Pour l’instant, il y a une date officielle de reprise qui est le 5 avril et les clubs doivent s’y conformer », c’est ce qu’a assuré le chairman de l’ASO Chlef. Dans cette optique, lui et ses collaborateurs ont « établi un calendrier des matches qui mènera vers la fin des championnats au plus tard la première semaine du mois de juin.»

Crise profonde
Cette hypothèse émise par Medouar est un peu trop optimiste parce que les actuelles données sanitaires compromettent sérieusement le scénario d’une reprise aussi précoce. D’ailleurs, en Europe, c’est même la suite des compétitions qui est menacée. Dans certains pays ont conçoit même le report qui met en péril l’existence des clubs sur le long terme. Qu’en est-il des teams algériens à la politique économique rafistolée et déjà approximative en temps normaux ? La crise financière risque de s’accentuer dans les semaines à venir. D’ailleurs, le problème des salaires se pose déjà sérieusement. Pas de matchs veut dire pas de billetterie ni droit de diffusion ni sponsoring et donc pas d’entrées d’argent. Parallèlement, il y a l’exorbitance des salaires des footballeurs qui risquent de s’entasser. D’autant plus qu’il n’y a pas eu de mesures de chômage partiel ou d’accord entre les directions et les signataires pour baisser les émoluments lors de cette période délicate que traverse l’Algérie. « Une fois la situation normalisée, on peut envisager des initiatives et des rencontres pour débattre sur divers sujets qui ont un rapport avec cette trêve forcée, notamment les salaires. Pour l’instant, tout débat sur le championnat est inapproprié », annonce le successeur de Mahfoud Kerbadj à la tête de la LFP.
Prolongement du gel
En plus de cette bombe retardement, Medouar s’était amusé, le 24 mars dernier, à appeler les footballeurs à faire des dons pensant qu’« avec cette pandémie, plusieurs personnes se sont retrouvées sans revenus à cause de la nature de leur travail, journalier. C’est pourquoi, je lance un appel à tous les joueurs, dirigeants, membres des staffs techniques et médicaux de faire un don d’un mois de salaire pour aider cette catégorie de gens » non sans indiquer que « la LFP est prête aussi à aider les clubs algériens pour concrétiser ce projet en leur donnant de l’argent et les récupérer derrière à travers les droits TV. » Tout d’une gestion d’alimentation générale.
Pour revenir au calendrier, il faut savoir que la décision finale de reprendre ou pas le challenge national avec ces deux paliers ne lui incombe absolument pas puisqu’elle émanera de l’Etat. « La reprise du championnat dépend de l’évolution de la situation. Bien entendu, nous réfléchissons en concertation avec les acteurs du football sur toutes les hypothèses », indique Medouar. Aussi, il y A le Ramadan qui approche à grand pas avec toute la spécificité d’une éventuelle programmation en cette période et l’impossibilité de faire jouer les rencontres en nocturne à cause d’éclairage défaillant (oui, on n’est même pas fichu d’installer des projecteurs depuis des ans). Au final, on rappellera que c’est le gouvernement algérien et le Ministère de la Jeunesse et des Sports (MJS) qui avaient pris, le 20 mars dernier, la décision de mettre sous cloche les différentes compétitions sur le territoire national. Et ce jusqu’au 5 avril. Le confinement sportif devrait être prolongé incessamment. n