Par : Nadir Kadi
Dans une intervention, hier matin, en marge de la réunion du bureau politique du Parti des Travailleurs (PT), la secrétaire générale du mouvement, Louisa Hanoune, a estimé que la rentrée sociale 2021 est marquée par la «multiplication des crises».
La responsable politique, qui a notamment noté la poursuite de la «crise sanitaire», la «diminution du niveau de vie» ou encore la «gestion des incendies»… estime que les autorités politiques sont – au moins en partie – responsables des «conséquences» sur le pays et la population. Louisa Hanoune déclare ainsi que les autorités ont fait preuve d’une «incapacité d’anticipation».
Mme Hanoune, qui est naturellement revenue sur la décision des autorités de rompre les relations diplomatiques avec le Royaume du Maroc, dénonce «la mise en cause de l’intégrité de l’Algérie et l’attaque contre l’Algérie venant d’un responsable sioniste depuis le Maroc…». Elle n’a cependant pas fait plus de commentaires sur les causes avancées par le ministère des Affaires étrangères. Ainsi, elle déclare que son mouvement «regrette» que les deux pays en arrivent à une telle situation, avant d’ajouter que «les relations de fraternité entre les deux peuples ne peuvent être impactées quelle que soit l’ampleur des crises». Et dans cette même logique, la responsable du PT appelle «toutes les parties concernées à ne pas permettre aux provocateurs d’inciter au conflit entre les frères, au profit d’intérêts totalement étrangers à nos peuples», et note sa «satisfaction que les responsables des deux pays ont fait preuve de retenue, ce qui préserve les chances de règlement politique, loin de toute escalade».
Abordant par ailleurs la situation interne, beaucoup plus longuement et dans un discours beaucoup moins «diplomatique», Mme Hanoune a estimé, hier, que cette rentrée sociale est marquée d’un caractère «exceptionnel et d’une extrême gravité». En ligne de mire pour la secrétaire générale du PT, le gouvernement qui poursuivrait une action politique dépassée et qui a «déjà prouvé son échec et la dangerosité de ses résultats». Ainsi sur le plan économique, Louisa Hanoune déclare que les conditions de vie de «la majorité du peuple» ont chuté suite à «l’augmentation des prix, la spéculation monstrueuse et la propagation du chômage (…) Ce qui alimente la dépression économique, le recul de la consommation…» Une situation imputable à la gestion gouvernementale, note la secrétaire générale du PT, tout en ajoutant que ces problématiques sont encore aggravées par les «crise de l’eau potable», la continuation de la «crise sanitaire» et le recours de l’Etat au «confinement sanitaire» ou encore à «l’enseignement à distance». En ce sens, Louisa Hanoune a estimé que cette «multiplication de crises», suivie par des décisions «d’urgence» traduit «l’incapacité des autorités à faire preuve d’anticipation». Une incapacité qui serait notamment apparue dans la gestion de la crise sanitaire : «Aucune mesure n’a été prise par les autorités après les première et seconde vagues de contamination». L’une des preuves pour le PT serait «l’incapacité à fournir de l’oxygène en quantité suffisante, ce qui a causé la majorité des décès». Et dans cette même idée, la responsable, qui précise que la campagne de vaccination est «chaotique», ajoute que le discours des autorités, qui présente la vaccination comme «la solution magique» est inexacte : «cela s’oppose avec les études scientifiques qui démontrent que le vaccin ne garantit pas une immunité totale». La «véritable solution» pour le PT consiste à «fournir gratuitement tous les moyens de prévention, masques, gel hydroalcoolique, tests… mais aussi les moyens de soins dans les hôpitaux et la mise en place des conditions qui permettent la distanciation sociale».
Abordant également les derniers incendies tragiques «qui ont touché plus de 20 wilayas, et particulièrement le wilaya martyre de Tizi-Ouzou», la secrétaire générale du PT, qui chiffre le nombre de morts à «plus de 200 victimes», a demandé à ce que «les responsabilités politiques soient établies», notamment en ce qui concerne la disponibilité des «moyens humains et matériels, d’autant que la question des incendies de forêt revient tous les ans». Ainsi, réclamant «le remboursement de tous les dégâts», Louisa Hanoune a également estimé que la «gravité de la catastrophe ne peut expliquer à elle seule l’assassinat horrible de Djamel Bensmaïl (…) Nous n’entrons pas dans une affaire en cours de jugement, mais il faut que toute la vérité soit faite sans aucune intervention politique. Tout comme nous condamnons toute volonté d’attribuer une responsabilité collective aux habitants de la wilaya ou de la daïra (…) Seule la justice peut définir les responsabilités».
Quant à l’actualité internationale, la responsable du PT est revenue hier sur le récent «retrait» chaotique des Etats-Unis d’Afghanistan. Mme Hanoune, pour qui ce désengagement s’est fait dans le cadre d’un «accord avec le mouvement taliban», et après une «guerre de colonisation destructrice qui a duré 20 ans», a également mis en garde contre les «conséquences internationales notamment en Europe». Un retrait que confirmerait par ailleurs, Louisa Hanoune, «la crise du système impérialiste américain qui généralise le chaos et la destruction dans le monde». <