Le projet de Super League verra-t-il le jour prochainement ? C’est en tout cas ce que redoute Aleksander Čeferin, le président de l’UEFA. Dans un entretien avec AS, le dirigeant slovène a avoué que le projet lui a donné des maux de têtes. «C’était très stressant pendant deux ou trois jours. Il était surprenant que les mêmes personnes qui avaient unanimement soutenu quelque chose aient ensuite signé pour le contraire.
Ce projet, dont j’en ai assez de parler parce qu’il n’existe plus, ruinerait absolument le football. Quand j’ai vu la réaction des fans anglais, j’ai été choqué. Et j’ai été un peu surpris par la réaction des gens en Espagne et en Italie, même si je peux la comprends», a-t-il avoué.
Bien qu’aujourd’hui enterré, ce projet de Super League inquiète toujours Čeferin puisque le Real Madrid et le FC Barcelone n’ont jamais soufflé l’idée de mettre fin définitivement au projet. De quoi inquiéter le président de l’UEFA, qui garde des contacts froids avec les cadors européens.
«Nous n’avons jamais dit qu’ils ne pouvaient pas jouer leur propre compétition, car ils le peuvent s’ils le veulent. Mais il est amusant de constater que ce sont les clubs qui se sont inscrits les premiers dans la Ligue des Champions. S’ils jouent d’autres tournois, ils ne peuvent pas jouer dans nos compétitions. Ce n’est pas un monopole. Ils peuvent créer leur propre UEFA et faire ce qu’ils pensent être juste», a-t-il ajouté.

Le rendez-vous annulé avec Florentino Perez
Avant de se payer les dirigeants barcelonais et madrilènes. «Je leur ai montré beaucoup de respect dans le passé. Je ne veux pas parler du président de la Juventus, mais ma relation avec lui était très ouverte et honnête. Je n’avais jamais dit cela auparavant, mais j’ai invité le président madrilène, Florentino Perez, à Nyon avant que tout ne se passe pour parler des futures compétitions. Il a annulé la réunion avec un SMS envoyé un jour plus tôt pour «un événement lié au basketball». Je n’ai jamais parlé à Bartomeu. D’une certaine manière, il quittait déjà le club».
Enfin, Aleksander Čeferin est revenu sur les récentes critiques liées à la réforme de la Ligue des Champions, qui pourrait donner des arguments aux adeptes de la Super League. C’est toujours un peu problématique quand un tournoi change. «Nous devons mieux expliquer les choses aux fans. Le format proposé est un peu plus complexe que le modèle actuel, mais il sera plus compétitif et passionnant, et je pense qu’il sera bon pour l’équilibre concurrentiel. C’est un système de ligue qui, à mon avis, est beaucoup plus intéressant que le système actuel. Malgré le vieux proverbe qui dit qu’il ne faut pas réparer ce qui n’est pas cassé. Mais la Ligue des champions n’est pas «cassée», nous pouvons et nous allons la rendre encore plus intéressante», a ajouté le président de l’instance européenne. De quoi alimenter les tensions entre l’UEFA et les cadors européens.