Le prix du panier de l’Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) a terminé la semaine à 43,42 dollars, contre 43,36 dollars jeudi, selon les données de l’Organisation pétrolière publiées lundi sur son site web. Le panier de référence de l’Opep constitué de 13 pétroles bruts, dont le Sahara Blend algérien, a ainsi enregistré une légère progression de 6 cents après avoir régressé de 1,67dollars jeudi Le Brent brut de référence de la mer du Nord, côté sur le marché de Londres, sur lequel est établi le pétrole algérien, valait 44,34 dollars le baril à Londres, en hausse de 0,61% par rapport à la clôture de jeudi. Lors de leur réunion mensuelle de suivi de l’accord Opep et non-Opep, tenue en visioconférence le 15 juillet dernier, les ministres des pays membres de l’Organisation et leurs alliés ont insisté sur l’importance du strict respect de leurs engagements conclus en avril dernier pour soutenir les prix de l’or noir en chute libre depuis la crise sanitaire de la Covid 19. Un accord portant sur une baisse massive de leur production s’étalant sur deux ans. L’entrée en vigueur de l’accord d’avril et la reprise progressive de la demande sur le marché mondial, ont permis une amélioration relative des prix. En début d’août dernier, les pays signataires de l’accord ont entamé la troisième phase de la réduction portant une baisse de 7,7 millions de dollars. Se référant à une enquête de Bloomberg, les analystes affirment que «l’Opep a plus que dépassé ses objectifs (de baisse de la production), même en tenant compte des retardataires qui ont produit plus que ce à quoi ils s’étaient engagés entre mai et juillet». L’Irak, le Nigeria et l’Angola font partie des pays qui n’ont pas respecté l’accord lors des premiers mois.