Le prix « Maurice Audin » de mathématiques a été décerné aux chercheurs Mortadh Mohamed Hicham de l’Université Ahmed Ben Bella d’Oran et le professeur Ali Moussaoui de l’Université Abou Bakr Belkaid de Tlemcen, a indiqué mercredi un communiqué du ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique. La cérémonie de remise de prix a été organisée mercredi au Centre de Recherche sur l’Information Scientifique et Technique (CERIST) sous la présidence du ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, Abdelbaki Bouziane, a précisé le communiqué.

Le prix « Maurice Audin » est décerné chaque année à la meilleure recherche dans le domaine des mathématiques à un chercheur algérien et un autre français, a ajouté le communiqué. Pour cette année et exceptionnellement, il y a eu deux mathématiciens exerçant en Algérie et deux mathématiciens exerçant en France qui ont été récompensés. La SMF (Société Mathématiques de France), sur son site web a dévoilé les noms des deux autres lauréats représentant l’Hexagone. Ces deux derniers sont Anne-Laure Dalibard, Professeure de l’Université de Sorbonne et François Delarue, professeur à l’Université Côte d’Azur.

Voici les profils des quatre lauréats (présentés par la SMF):

  • Mohammed Hichem Mortad, professeur à l’Université d’Oran, département de mathématiques:

Après une thèse en 2003 à l’université d’Edimbourg sous la direction d’Alexander Davie, Mohammed Hichem Mortad soutient son habilitation à diriger des recherches en 2008 à l’université d’Oran.

Âgé de 42 ans, Mohammed Hichem Mortad est spécialiste d’analyse fonctionnelle et en particulier de théorie des opérateurs, bornés et non bornés. Sur ces derniers il a notamment obtenu des caractérisations d’opérateurs auto-adjoints non bornés, et des critères d’inversibilité d’opérateurs normaux non bornés.

Les théorèmes qu’il a obtenus ont des applications dans divers domaines des mathématiques comme les équations aux dérivées partielles et la physique mathématique.

  • Ali Moussaoui, professeur à l’Université de Tlemcen, département de mathématiques:

Après une thèse en 2008 à l’université de Tlemcen, Ali Moussaoui soutient son habilitation à diriger des recherches en 2017 à l’université du Havre.

Âgé de 44 ans, Ali Moussaoui est spécialiste de la modélisation mathématique du vivant, de la dynamique des populations, et s’intéresse de manière générale aux mathématiques appliquées à la biologie et à la gestion des ressources renouvelables. Ses travaux sur la théorie des jeux et la dynamique des populations ont des applications dans les domaines de l’écologie et de la santé, en particulier sur l’étude du paludisme ainsi que des bactéries résistantes aux antibiotiques.

Après une thèse en 2003 à l’université d’Edimbourg sous la direction d’Alexander Davie, Mohammed Hichem Mortad soutient son habilitation à diriger des recherches en 2008 à l’université d’Oran.


  • Anne-Laure Dalibard, professeure à Sorbonne Université, laboratoire Jacques-Louis Lions.

Après une thèse en 2007 à l’université Paris Dauphine sous la direction de Pierre-Louis Lions, Anne-Laure Dalibard soutient son habilitation à diriger des recherches en 2013 à l’université Paris Diderot.

Âgée de 38 ans, membre de la promotion Junior 2020 de l’Institut Universitaire de France, Anne-Laure Dalibard est spécialiste de l’analyse mathématique des phénomènes multi-échelles en mécanique des fluides. Ses travaux, notamment dans le cadre du projet ERC qu’elle a porté de 2015 à 2020, ont une répercussion importante dans le domaine de l’océanographie, par exemple dans la compréhension des différents types de couches limites intervenant dans l’analyse des courants océaniques.

Anne-Laure Dalibard a co-organisé un trimestre thématique à l’IHP sur les mathématiques du climat et de l’environnement.

  • François Delarue, professeur à l’Université Côte d’Azur, laboratoire Jean Alexandre Dieudonné.

Après une thèse en 2002 à l’université d’Aix-Marseille sous la direction d’Étienne Pardoux, François Delarue soutient son habilitation à diriger des recherches en 2008 à l’Université Paris Diderot.

Âgé de 44 ans, membre de la promotion Junior 2014 de l’Institut Universitaire de France, François Delarue est spécialiste d’analyse stochastique, à l’interface entre la théorie des équations aux dérivées partielles et les probabilités, et de méthodes asymptotiques. Il a notamment apporté des contributions importantes à la théorie des jeux à champ moyen.

François Delarue dirige le réseau de recherche euro-maghrébin de mathématiques et de leurs interactions.

Ali Moussaoui a porté et coordonné avec Pierre Auger un projet franco-algérien en mathématiques portant sur la dynamique et la gestion de systèmes de pêcheries.