Élu le 12 septembre dernier à la tête du Comité olympique algérien (COA) pour terminer le mandat olympique après l’éviction de Mustapha Berraf, Abderrahmane Hammad pilotera toujours l’instance morale du sport algérien pour 4 autres années. Hier, l’ancien sauteur a été confirmé au poste à l’issue de l’Assemblée générale élective en obtenant 105 voix contre 48 pour son concurrent Mohamed Hakim Boughadou.

Par Mohamed Touileb
Cette fois, il n’avait qu’un adversaire pour l’élection du patron du COA. Contrairement à l’assemblée générale élective extraordinaire tenue en septembre dernier, où il était opposé à Mabrouk Karbouâ et Soumia Fergani, Abderrahmane Hammad n’avait que Boughadou en face. Ce dernier a dû se contenter de
48 voix seulement et n’a pas contesté la victoire du médaillé de bronze dans le saut en hauteur lors des
Jeux Olympique 2000 à Sydney (Australie).

Le vaincu félicite le vainqueur
«Je pense que l’élection de Hammad était prévisible, et je le félicite pour ce nouveau mandat à la tête du COA. Les travaux de l’AGE se sont déroulés en toute transparence, et j’accepte donc cette défaite en toute sportivité. Je considère même que c’est un honneur pour ma discipline (ndlr, la natation) d’avoir récolté 48 voix», a-t-il réagi. S’il n’aura pas l’honneur de chapeauter le COA, le premier responsable de la Fédération algérienne de la natation (FAN) veut néanmoins changer les choses à son niveau estimant que «tout le monde peut participer dans cette quête.» Il a aussi noté que «cette candidature était une belle expérience personnelle et un acquis pour la natation algérienne. Je serais à la disposition du président du COA pour l’aider dans sa mission et apporter un plus pour le sport algérien en général.»

Bizutage olympique pour le président
Pour ce qui est du vainqueur du jour, il envisage de «poursuivre le travail déjà entamé». Hammad a remercié les membres de l’AG d’avoir «renouvelé leur confiance» tout en espérant d’être «à la hauteur des attentes.» Le premier examen sera bien évidemment les Jeux Olympiques qui se tiendront, si tout se passe bien, du 23 juillet au 08 août prochains à Tokyo (Japon).
Pour l’instant, 35 athlètes ont validé leur présence pour des Olympiades nipponnes. Probablement, avec une saison sportive perturbée en raison de la pandémie et une préparation qui ne peut être optimale pour les différents athlètes, il ne faudra pas s’attendre à de grandes performances aux JO.
Pour rappel, même dans des conditions normales, l’Algérie avait fait un bide sportif dans les deux dernières éditions en 2012 et 2016 à Londres (Grande Bretagne) et Rio (Brésil) si ce n’est Taoufik Makhloufi (médaille d’Or sur 1500m à londres et deux médailles d’argent sur 800 et 1500m à Rio) qui avait sauvé l’honneur. Ce quadriennat sera donc celui de la transition et de l’ «apprentissage» pour Hammad qui a succédé à un Berraf. Ce dernier avait, il faut le mentionner, cumulé 20 années à la présidence de ladite structure.
In fine, notons que la seule ombre au tableau lors du vote d’hier était le changement du président de la commission électorale à la dernière minute. Une substitution que Boughadou a, toutefois, qualifié d’ «incident mineur». n

Composante du nouveau Bureau exécutif

4 Président :
Abderrahmane Hammad (105 voix)

4 Fédérations olympiques :
Yacine Louaïl (99 voix)
Kheir-Eddine barbari (98 voix)
Fazil Ferhat Abdennour (94 voix)
Charaf-Eddine Amara (93 voix)
Yacine Sellini (61 voix)
Hamza Doughdough (61 voix)
Yacine Gouri (55 voix)
Habib Labane (55 voix)
Fédérations non olympiques :
Abdelhafid Izem (99 voix)
El Hadi Mossab (98 voix)
Mohamed Bessaâd (86 voix)
Ammar Brahmia (69 voix)
Représentants féminins :
Chouiter Ferial (96 voix)
Hassiba Boulmerka (90 voix).