Encore un scandale pour la balle ronde algérienne et le championnat dit d’«élite». Dans un audio qui a filtré hier, le chairman de l’ES Sétif, Fahd Helfaya, et un agent de joueurs, Nassim Saâdaoui, parlaient de truquer les résultats de rencontres du championnat de Ligue 1. Une affaire qui risque de précipiter la fin de la saison.

Décidément, ce n’est plus le rectangle vert qui tranche pour le mérite dans le football algérien. Et ce n’est pas l’enregistrement, devenu viral sur les réseaux sociaux hier, qui démontre le contraire. Toute honte bue, le patron de l’ES Sétif (deuxième du championnat, NDLR), Fahd Helfaya, et un agent de joueur, Nassim Saâdaoui, évoquaient des combines qui concernent, de manière directe, l’Entente, le CA Bordj Bou Arréridj et l’US Biskra. Trois teams de l’Est algérien. C’est pour démontrer que la discipline est minée par le clanisme et le régionalisme.
D’ailleurs, le patron sétifien n’a pas hésité à précipiter la chute du NA Hussein-Dey qui n’est pourtant qu’à 2 longueurs de l’US Biskra pour laquelle on planifiait le sauvetage dans la conversation en question en annonçant, avec certitude, que «c’est clair, le NAHD va être relégué». Et quand on remonte de fil en aiguille les récents résultats, le plan semblait se déroulait comme sur des roulettes.

Donnant-donnant
«Je lui ai dit laisse-moi gagner, je vais t’obtenir les points du match à Bordj Bou Arréridj (chez le CABBA). Soit réglo avec nous et on t’arrangera ça avec Anis (président bordjien)», a révélé Helfaya quand il parlait de l’équipe biskrie. En effet, les Ententistes sont partis s’imposer, le 05 mars dernier aux Zibans, sur le score de 2 buts à 0. «On va gagner à Biskra et le CRB perdra à Chlef, on pourra prendre le championnat. On aura 36 points puis on recevra la JS Kabylie. On les battra on aura 39 points. Après on recevra le CRB et le MCA en plus je peux gagner des matchs à l’extérieur», s’était projeté le boss du «Wiffak» et ce n’était pas que prémonitoire.
Ce dernier, pour récompenser l’USB d’avoir levé le pied comptait convaincre le CA Bordj Bou Arréridj de faire de même lors de la réception des Biskris lors de la 26e journée. «Je n’ai pas voulu parler avec Anis (Benhammadi) de ça par téléphone. Tu sais comment ça se passe», a lâché Helfaya qui ne se doutait pas que ce qu’il craignait se produisait à l’instant même soit l’enregistrement de cette conversation accablante.

Coup de grâce pour la saison?
En tout cas, plus loin dans la préméditation et son envie de fausser les résultats, il ajoutera que «les matchs qui me restent à l’extérieur je peux les gagner. D’ailleurs, l’USM Bel-Abbès nous doit 500 millions de centimes pour le kehlouche (joueur noir).» En décrypté, en plus des propos maladroits sur la couleur du footballeur en question, qui est Algérien et a pour nom Anès Saâd, Helfaya voulait renoncer au montant du transfert contre les points. Sans commentaire.
Ce qui est sûr, c’est que cette affaire va certainement susciter des réactions. Elle pourrait même provoquer l’arrêt immédiat d’une saison qui est déjà en stand-by à cause du coronavirus. Dans ces scandales, qui relèvent aussi du cadre pénal, l’Etat pourrait s’en mêler. Réticentes pour ce qui est de la suite des compétitions, les Autorités risquent, tout simplement, de demander à la Fédération algérienne de football (FAF) et la Ligue de football professionnel (LFP), de mettre fin à l’opus 2019-2020 et faire le ménage. En tout cas, la discipline commence à sentir très mauvais. Plus que jamais.<