Les Algériens qui résident dans la ville chinoise de Wuhan, où est apparu le nouveau coronavirus, reviennent au pays. Le Président de la République a instruit hier les «institutions gouvernementales concernées» de prendre les mesures nécessaires pour leur «rapatriement immédiat».

C’est ce qui a été indiqué dans un communiqué de la présidence de la République, un document qui précise que ces Algériens, établis dans la ville chinoise menacée par le coronavirus et où a été déploré le décès de plusieurs victimes, sont «en majorité des étudiants». Leur faible nombre, 36 ressortissants, ne devrait théoriquement pas poser beaucoup de problèmes pour leur évacuation et leur rapatriement dans les conditions d’urgence souhaitées par Abdelmadjid Tebboune.
L’affrètement d’un avion spécial devrait répondre à l’urgence de la situation, mais tout dépendra de la situation sur place également, sachant que Wuhan, 56 millions d’habitants, et la quasi-totalité de la province de Hubei sont coupés du monde depuis jeudi après l’installation d’un cordon sanitaire drastique. Face à cette situation, les autorités chinoises ont promis la «transparence» face à l’épidémie de pneumonie virale qui a déjà fait plus de 100 morts dans le pays. «Depuis le début, le gouvernement chinois a fait preuve d’ouverture, de transparence et de responsabilité», a déclaré hier le Président Xi Jinping en recevant le directeur général de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) Tedros Adhanom Gebreyesus, en visite à Pékin, qui affirme avoir mobilisé tous les moyens pour endiguer le «démon», selon le terme utilisé par le chef de l’Etat chinois.
L’annonce par Alger de rapatrier nos compatriotes établis dans la métropole de Wuhan intervient, alors que plusieurs pays ont déclaré accélérer leurs préparatifs pour secourir une partie de leurs ressortissants piégés dans cette grande ville du centre de la Chine, où résident quelques milliers d’étrangers, selon les agences de presse internationales. Le Japon a annoncé avoir envoyé un premier avion vers Wuhan, afin de rapatrier mercredi matin quelque 200 de ses ressortissants. Les Etats-Unis prévoient d’évacuer également mercredi le personnel de leur consulat à Wuhan et d’autres ressortissants américains, via un vol à destination de la Californie. De son côté, un avion envoyé par Paris atterrira jeudi à Wuhan, afin de ramener les premiers rapatriés français.

Dispositif préventif progressivement mis en place
Pour autant, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) «ne recommande pas» de telles évacuations d’étrangers, a indiqué mardi son directeur général. L’OMS a dit ne pouvoir «clarifier» ces propos dans l’immédiat alors que sa précédente déclaration, plus tard corrigée, sur la dangerosité du coronavirus n’a pas fini de faire des vagues à l’échelle mondiale. En Chine même, le dernier bilan officiel fait état de 106 morts, pour plus de 4 500 personnes contaminées, principalement autour de Wuhan. L’épidémie pourrait atteindre son pic «dans une semaine ou 10 jours» avant de refluer, a estimé Zhong Nanshan, un des meilleurs spécialistes chinois des maladies respiratoires, cité par la presse d’Etat chinoise.
En Algérie, où un dispositif préventif a commencé à être mis en place depuis quelques jours, et qui devrait être étoffé au fur et à mesure de l’évolution de la menace, le chef de service prévention à la direction de la santé et de la population, le docteur Mohamed Benahmed, a indiqué que ce plan préventif comporte plusieurs axes dont ceux de communication et d’information. Des équipes médicales sont en faction au niveau des grands aéroports et des ports pour des contrôles permanents. En cas de doute, la personne suspectée d’atteinte du coronavirus sera prise en charge et transporté à l’unité d’isolement et des échantillons seront pris pour analyses à l’institut Pasteur pour confirmer, a fait savoir ce responsable.
Ainsi, après Alger, d’autres grandes villes ont mis en place au niveau de leurs ports et aéroports des caméras thermiques en mesure de détecter les personnes ayant une température élevée.
A Oran, par exemple, ce dispositif a été testé. «Une femme âgée de 63 ans, revenue d’Arabie Saoudite, a été signalée par la caméra thermique. L’équipe médicale mobilisée sur place, qui a estimé, après une consultation primaire, qu’il s’agit d’une simple grippe, a proposé de faire une simulation, pour évaluer le temps du transfert, le délai des tests et la prise en charge», a indiqué le chargé de la communication de la direction de la santé de la wilaya (DSP). La patiente a été transportée au service des maladies infectieuses du CHU d’Oran, pour effectuer des prélèvements, envoyés à l’Institut pasteur d’Oran. Les analyses ont été négatives et la dame a reçu les soins nécessaires et déposée chez elle, précise l’APS. A Mostaganem, «une cellule de veille sanitaire et une unité de surveillance médicale avancée a été installée au niveau des frontières maritimes pour prévenir contre le coronavirus», a appris l’APS, auprès du directeur de wilaya de la santé. Lors d’une journée d’étude sur l’épidémie tueuse «Coronavirus», le même responsable assure que «le secteur de la santé est mobilisé et préparé à faire face à de telles situations comme ce le fut dans les années précédentes avec le virus SRAS, les grippes porcine et aviaire».n