Dans une semaine, la Ligue de football professionnel (LFP) devrait connaître son président pour le mandat 2021-2024. Pour l’instant, Abdelkrim Medouar est seul candidat en lice pour sa propre succession. En effet, Azzedine Arab a vu sa postulation être rejetée par la Commission de candidature. Il a interjeté un recours et attend un verdict pour aujourd’hui ou demain au plus tard. C’est clair que son adversaire, qui dicte les règles du jeu car il tient les clés de l’instance, veut écarter le danger en neutralisant son adversaire au préalable.

Par Mohamed Touileb
Le discours de Medouar a changé. Il y a quelques mois, il disait qu’il en avait marre d’être patron de la LFP et qu’il allait se retirer à la fin de sa mission. Aujourd’hui, il veut remettre ça et rester aux commandes de la LFP. Le (ancien) président de l’ASO Chlef pense qu’il mérite d’obtenir un second quadriennat à la tête de la structure qui gère le foot algérien.

L’appel du pied pour un second mandat
«Mon premier mandat était fortement perturbé, mais cela ne m’a pas empêché de gérer la situation, dans des conditions difficiles, même si cela n’a pas été évident. Donc, un éventuel deuxième mandat serait nécessaire pour poursuivre mon programme et préserver la stabilité», arguait-il. Lui qui a attendu le dernier jour (dimanche) pour présenter son dossier après avoir indiqué en début du mois n’avoir pris «aucune décision. Je suis en période d’observation, je dois d’abord connaître la tendance, ratisser large, avant de me prononcer définitivement sur ma candidature». Seul Azzedine Arab pouvait l’empêcher d’être reconduit à la tête de la LFP. Mais il se trouve que celui qui s’est retiré de la SSPA/ES Sétif pour être à la gestion de l’organe qui gère le championnat élite Dz. Fort d’une expérience de 7 ans dans ce domaine pour avoir été dans le bureau de Mahfoud Kerbadj par le passé, Arab devrait avoir le soutien nécessaire pour déloger Medouar de son fauteuil.

Véritable menace
Toutefois, les éventuelles voix qu’il pourrait avoir restent tributaires de sa présence sur la ligne du départ le 22 décembre prochain lors de l’Assemblée générale élective (AGE) qui se tiendra au Centre technique national (CTN) de Sidi-Moussa.
En effet, les dossiers de certains membres de son équipe ont été jugés incomplets. Ce qui a contraint la Commission de candidatures à rejeter sa requête.
L’ex-dirigeant de l’Entente espère bien que l’avis de cette dernière change lors des heures à venir afin d’empêcher Medouar d’avoir la mainmise sur la LFP. Est-ce que le patron sortant pourra écarter cette menace et s’offrir un boulevard pour prolonger sa présidence ? La tendance actuelle est pour l’affirmation de ce scénario.
Est-ce surprenant ? Pas vraiment. En tout cas, ce match semble joué d’avance sans adversité en face.
En revanche, si jamais Arab est «réhabilité», sa victoire n’est pas à exclure.