Abdelkrim Medouar, président de la Ligue de football professionnel (LFP), a, une nouvelle fois, essayé de laisser croire qu’il était l’unique décideur du calendrier de la Ligue 1 et qu’il était en mesure de veiller au respect du calendrier. Toutefois, un simple coup de fil a suffi pour le faire revenir à son réel gabarit. Soit un patron qui ne décide de rien.

Concrètement et selon le règlement qui régit le championnat professionnel, il n’y avait pas de raison(s) valable(s) pour que le sommet algérois entre l’USMA et le MCA, initialement prévu aujourd’hui au stade Omar Hamadi (Bologhine), soit reporté. On en avait même parlé dans ces colonnes dans notre livraison du jeudi 04 février 2021. Medouar savait pertinemment qu’il n’y avait aucun alinéa qui justifierait l’ajournement du derby. C’est pour cela qu’il avait déclaré vendredi, au moment où la direction de l’USMA avait indiqué que la rencontre ne sera pas disputée à la date convenue, que « jusqu’à ce vendredi après-midi, nous n’avons reçu aucune demande officielle de l’USMA pour le report du derby. La LFP ne peut pas se prononcer alors qu’elle n’a rien reçu. C’est vrai que les clubs se sont entendus pour reporter cette rencontre, mais la LFP doit être destinataire d’un écrit officiel pour ensuite étudier la demande.»
Deux reports et double gifle
Le successeur de Kerbadj a donc donné lieu à une polémique stérile en notant que « tant que la LFP n’a rien reçu, on ne peut rien décider. Jusqu’à preuve du contraire, le derby est maintenu à sa date initiale. Chacun doit assumer ses responsabilités.» Surtout que l’Etat major des Usmistes avait préalablement informé, dans un communiqué, que « l’USMA a été destinataire ce jour (ndlr, jeudi), de la part de son homologue du MC Alger, d’une demande de report de la rencontre USMA-MCA, prévue le 7 février 2021 à Bologhine, et ce, pour lui permettre de préparer sereinement la rencontre internationale face au Zamalek d’Egypte dans le cadre de la champions league africaine (…). L’USMA a décidé de donner une suite favorable à cette demande de report, qu’elle aurait accordé pour tout autre club algérien représentant les couleurs du pays.» En opposant les deux réactions, on peut faire un constat pour le moins grave : les dirigeants de clubs savaient avant le boss de l’instance chargée de gérer le championnat que la partie a été décalée à une date ultérieure. Comme on dit chez nous : Medouar n’est pas plus que « khodra fouk tâam » (des légumes sur un couscous). In fine, on notera que l’explication entre l’ASO Chlef et le CR Belouizdad a, elle aussi, été reportée. Comme le Mouloudia, qui se rendra chez le Zamalek SC (Egypte), le Chabab aura rendez-vous avec le TP Mazembe samedi prochain en RD Congo pour le compte de la phase de poules de la Ligue des Champions CAF. M.T.