Élu au poste de président de la FIFA grâce au soutien de nombreuses fédérations africaines de football, Gianni Infantino est en train de porter préjudice à la Confédération africaine de football (CAF) en s’immisçant beaucoup trop dans les affaires de l’instance. Son degré d’interférence est tel qu’il voit en l’Afrique une terre propice pour faire des affaires. Il veut clairement être celui qui fait la pluie et le beau temps. Au point de se mettre à saboter la CAN, qui reste l’événement sportif le plus important du continent. Explications.

Par Mohamed Touileb
Lundi, la Confédération africaine de football (CAF) a annoncé que le tirage au sort de la 33e édition du tournoi, que devrait abriter le Cameroun du 09 janvier au 06 février prochains, est reporté à une date ultérieure. Décision motivée par des «problèmes logistiques liés au Covid-19». Un prétexte bateau puisque la raison principale cache d’autres enjeux.
Bullitt Productions, la boite du pote
Trouver un suppléant au Cameroun n’est pas la mer à boire tant le Maroc et l’Égypte sont déjà évoqués comme alternatives. Sur le fond, c’est une affaire de marché et de gros sous. En effet, c’est la société qui s’occupe de la cérémonie de tirage, Bullitt Productions GmbH en l’occurrence, qui aurait fait pression pour renvoyer le verdict des sphères en PVC à une date ultérieure.
L’argument (de façade bien évidemment) était que « le temps imparti pour l’organisation du tirage au sort est très court ». C’est pourquoi les représentants de l’entreprise, qui s’occupera des cérémonies d’ouverture et de clôture de la messe, ont demandé à la CAF de faire la proposition au COCAN de repousser l’événement au mois d’Août 2021.
Le directeur général de Bullitt Productions GmbH, qui faisait partie de la délégation d’inspection de la FIFA au Cameroun, est un ami intime de Gianni Infantino. Le boss de la FIFA est Italo-suisse. Et la boite en question est de droit helvète. Le privilège n’est jamais loin quand il y a autant de proximité. D’autant plus qu’en Afrique beaucoup de choses peuvent être étouffées.

Le sale coup fait à Ahmad Ahmad
Contrairement à l’Europe où Infantino a fait l’objet de poursuites judiciaires pour « abus d’autorité », « violation du secret de fonction », « entrave à l’action pénale et instigation à ces infractions » suite à des rencontres secrètes avec l’ex-procureur général helvétique Michael Lauber.
Le successeur de Sepp Blatter n’est pas un enfant de chœur bien qu’il ait affirmé être venu pour faire oublier le FifaGate et les scandales durant la gouvernance de son prédécesseur. Pour arriver aux commandes de l’instance footallistique suprême, il a pu compter sur le soutien d’une grande partie des 54 fédérations de la CAF.
L’ancien président de la structure continentale, Ahmad Ahmad, lui était d’un grand soutien. Finalement, l’ancien SG de l’UEFA n’a pas renvoyé l’ascenseur au Malgache. Il lui a même porté le coup de grâce pour précipiter l’avènement du milliardaire Patrice Motsepe sur le trône.

Un chaos logistique prémédité
C’est clair, Infantino a toujours eu pour but d’assujettir la CAF afin qu’il l’ait sous contrôle. A titre d’exemple, on a appris d’une source digne de foi, que les prestataires en contrat avec la CAF et qui assurent la tenue des différents matchs n’ont pas été payés depuis 6 mois. Une sorte de sabotage pour provoquer le chaos logistique et parachuter de nouveaux collaborateurs triés sur mesure.
La condescendance et la division semblent être les deux caractéristiques d’Infantino. Pour lui, l’Afrique sert d’escabeau pour monter des affaires. Il a aussi joué le parrain lors de la dernière élection de président de la CAF en procédant à une répartition des rôles. Toutes les personnes qui sont dans les postes influents feront ce qu’ils demandent. Il n’est même pas exclu que les Marocains rompent le pacte et reprennent la CAN-2021. Quitte à se mettre à dos les pays du Sub-Sahara qui ont fait que Fouzi Lekjaâ devienne aussi puissant. Après tout, Gianni a fait ce coup à Ahmad. La loyauté, on ne la connaît pas dans ce milieu.