Le poète et chercheur algérien Ayache Yahiaoui est décédé, lundi dernier à Abu Dhabi aux Emirats arabes unis, à l’âge de 63 ans,  rapporte la presse émiratie.
Le défunt a travaillé dans le domaine de la presse depuis les années 90, avant de partir aux Emirats arabes unis, où il avait occupé le poste de rédacteur en chef du service culturel de l’un des journaux locaux, puis chercheur en patrimoines dans nombre d’instances gouvernementales émiraties.  Auteur de plusieurs ouvrages de poésies et de recherches en littérature et culture populaire, il avait obtenu plusieurs prix, dont « El Owais » pour la création littéraire à Dubaï en 2015. Parmi ces publications figurent « Tâamoul fi wajh Athawra » (1982), « Achek El Ardh wa sounboula » (1986), « Kamar Achay » (2008) et son œuvre autobiographique « Lekbeche» également publié en 2008 sous le titre  « Lekbeche… Sira dhatia li halib etoufoula» (Lekbeche, autobiographie du lait maternel » est paru en 2008 chez l’éditeur Dar El Fajr d’Abu Dhabi. C’est lors d’une rencontre littéraire à Batna qu’il avait confié en 2016  que Lekbeche,  était son surnom durant son enfance,   dans un quotidien marqué par la dure réalité de la vie. L’auteur avait aussi précisé que l’essentiel de son oeuvre autobiographique « Lekbeche3 avait été publié sur les colonnes du quotidien arabophone algérien Echaâb puis El Massa durant les années 1980. Il avait également rappelé lors de cette rencontre l’importance cardinale de s’intéresser au patrimoine  littéraire algérien notamment celui puisé de la culture populaire.