La 22e édition de la Coupe du monde est terminée. Le Qatar, pays hôte, aura marqué les esprits en organisant un Mondial grandiose. Les tentatives de déstabilisation et le «bashing» dont a été la cible l’émirat avant et pendant l’évènement n’a pas franchement perturbé les Qataris qui sont allés au bout d’un plan organisationnel impeccable

Par Mohamed Touileb
La finale, disputée dimanche dans le superbe écrin du Lusail Stadium entre la France et l’Argentine, était épique. Elle est venue ponctuer un tournoi magnifique. «Une finale de rêve, une finale incroyable, la plus belle de l’histoire de la Coupe du monde, je pense, qui a couronné la plus belle Coupe du monde de l’histoire», a estimé Gianni Infantino, président de la FIFA.
De marbre face aux averses et controverses
Beaucoup vont penser que le patron de la FIFA tient juste un discours de circonstances et qu’il aurait fait une déclaration similaire s’il s’agissait d’un autre pays organisateur. Mais il faut dire que les Qataris ont réussi un gigantesque défi face à des averses et des controverses déstabilisatrices que l’Occident n’a cessé de créer pour essayer de gâcher la fête et un tournoi que le Qatar ne devait, selon eux, pas abriter.
Des causes qui prêtes à interrogations liées notamment aux droits de l’Homme, à l’impact sur le climat et des campagnes anti-Qatar sont sorties pour mêler le football à des aspects extra sportifs et contraires aux valeurs sociales qataries. Dès lors, il s’agissait de préserver les mœurs et de rassembler des gens venus de différents horizons mais unis par une seule religion, le football.

Sport et soft power
Sans surprise, la petite nation qu’est le Qatar a vu grand et a offert une séquence 2022 de haute volée. Des stades flambants neufs, de nouvelles technologies, des festivités et des établissements de haut standing ont profité aux délégations et des supporteurs venus des quatre coins du monde. Pour cela, le paquet a été mis.
Une enveloppe estimée à 200 milliards de dollars a été dépensée pour mettre des habits de lumière et éblouir la planète avec un tournoi de haut standing. Il est évident que le Qatar a choisi le sport comme vecteur. On est dans le soft power et la volonté de s’universaliser pour attirer les feux des projecteurs. Pour cela, il n’y a pas mieux que d’accueillir des événements sportifs majeurs.
S’universaliser sans se «déqatariser»
Cette «émancipation» donne l’impression de déranger certains. Les clichés étant prédominants, beaucoup pensent que les cheikhs dépensent des chèques pour obtenir ce qu’ils veulent. On parle alors de corruption et de valises noires à longueur de temps.
Que ce soit en politique, avec le «Qatargate» au Parlement européen, ou en sport, avec les accusations d’avoir acheté des voix pour être préféré aux Etats-Unis d’Amérique dans l’attribution, le petit-géant du gaz mondial semble être une cible privilégiée des accusations et des suspicions.
Malgré cela, cette nation continue à voir grand et envisage même d’abriter les jeux Olympiques 2036. Le Qatar a une ferme intention d’aller de l’avant en restant fidèle à ses valeurs. Illustration avec cette image finale dans laquelle l’Emir cheikh Tamim ben Hamad Al Thani habillait Lionel Messi, capitaine de l’Argentine, avec un «bisht» (habit traditionnel de noblesse), au moment de lui remettre la Coupe du monde.
La séquence est symbolique. Le Qatar s’est assumé. Dans le moindre détail. Il s’agit de s’universaliser sans se «déqatariser». C’est de ça qu’il s’agit.

Les chaleureuses félicitations de l’Algérie
Le Président de la République, M. Abdelmadjid Tebboune a félicité dimanche son frère, Cheikh Tamim Ben Hamad Al-Thani, Emir de l’Etat du Qatar, à l’occasion de la journée nationale du Qatar, indique un communiqué de la Présidence de la République. «Le Président de la République, M. Abdelmadjid Tebboune a eu ce soir un entretien téléphonique avec son frère, Cheikh Tamim Ben Hamad Al-Thani, Emir de l’Etat du Qatar, pays frère, lors duquel il l’a félicité à l’occasion de la journée nationale du Qatar et lui a souhaité ainsi qu’au peuple qatari frère davantage de prospérité et de progrès», précise le communiqué. Le Président de la République a présenté, par la même occasion, «ses chaleureuses félicitations à l’Etat du Qatar, direction et peuple, pour son succès à tous les niveaux dans l’organisation de la 22e édition de la Coupe de monde Fifa», ajoute la même source. A son tour, «l’Emir de l’Etat du Qatar a remercié le Président de la République pour la noblesse de ses sentiments et lui a souhaité ainsi qu’au peuple algérien davantage de quiétude et de développement», conclut le communiqué. (APS)