Javier Tebas, président de La Liga, s’en est pris ce mercredi, sur ses réseaux sociaux, au Paris Saint-Germain. Au lendemain de la fermeture du marché des transferts, le président du championnat espagnol a dénoncé un «club étatique, aussi dangereux pour le football que la Super Ligue». On va finir par croire que Javier Tebas a une dent contre le Paris Saint-Germain. Quelques heures après la fermeture du marché des transferts, le président du championnat espagnol s’est exprimé sur ses réseaux sociaux. Et l’homme fort de la Liga n’a pas hésité, une nouvelle fois, à tirer à boulets rouges sur le club de la capitale, qu’il nomme «club étatique». Après avoir passé ses nerfs sur Manchester City il y a quelques mois, a l’époque où le nom de Lionel Messi circulait du côté de l’Angleterre, dénonçant le «dopage financier» dont profiteraient les Citizens, Tebas s’est cette fois lâché sur le Paris Saint Germain.
«Les clubs étatiques sont aussi dangereux pour l’écosystème du football que la Super Ligue» explique-t-il dans son tweet, faisant référence au projet de ligue fermée dénoncé par une grande partie des acteurs du football il y a quelques mois. «Nous avons critiqué la Super Ligue parce qu’elle détruit le football européen et nous sommes tout aussi critiques à l’égard du PSG.»

LA LIGA PERD MESSI ET MANQUE MBAPPÉ
Durant une période de transferts qui aura vu la Liga prendre l’un de ses plus beaux joyaux en la personne de Lionel Messi, parti libre du côté du PSG, le club dirigé par Nasser al-Khelaïfi s’est renforcé intelligemment, recrutant Sergio Ramos, Georginio Wijnaldum, Gianluigi Donnaruma et donc Léo Messi pour 0 euro d’indemnité de transferts.
Pire, et c’est peut être ce qui a déclenché l’agacement de Javier Tebas, Paris a résisté jusqu’au bout à l’assaut du Real Madrid pour Kylian Mbappé. Le Real proposait près 200 millions d’euros pour un joueur en fin de contrat dans un an. Mais le PSG a tenu bon et c’est bien la Ligue 1 qui profitera de tous ces talents cette saison.