Le verdict dans l’affaire de l’ancien patron de la police Abdelghani Hamel sera rendu public, mercredi, alors que le Parquet avait requis une peine de 16 ans de prison ferme assortie d’une amende de 8 millions DA, et la même amende et une peine de 12 ans de prison ferme à l’encontre de ses trois fils Amiar, Chafik et Mourad.

PAR NAZIM B.
Le Procureur général a également requis 3 ans de prison ferme assortie d’une amende de 8 millions DA à l’encontre de Hamel Chahinez et le maintien du jugement prononcé à l’encontre de Salima Annani, épouse de l’ancien DGSN.
Abdelghani Hamel, son épouse et ses quatre fils sont poursuivis pour des charges liées à des affaires de corruption, notamment « blanchiment d’argent », « enrichissement illicite », « trafic d’influence » et « obtention d’assiettes foncières par des moyens illégaux ».
Dans la même affaire, le Procureur général a requis une peine de 5 ans de prison ferme à l’encontre de l’ex-Directeur général de l’Office de promotion et de gestion immobilière (OPGI), Mohamed Rehaimia, et 2 ans de prison ferme assortie d’une amende de 2 millions DA à l’encontre des deux anciens walis d’Oran Abdelmalek Boudiaf et Abdelghani Zaalane. La même peine a été requise à l’encontre des deux anciens walis de Tlemcen et Tipasa, respectivement Bensebane Zoubir et Ghellaï Moussa.
Par ailleurs, le Procureur général a requis la confiscation de l’ensemble des comptes bancaires et des biens fonciers et mobiliers saisis au cours de l’enquête.
Les plaidoiries du collectif de la défense des prévenus se poursuivent pour le deuxième jour de ce procès en appel qui a été réinscrit au rôle suite à un pourvoi en cassation introduit par la Cour suprême contre les verdicts prononcés en août 2020 par la Cour d’Alger.
La Cour d’Alger avait condamné, en première instance, Abdelghani Hamel à 12 ans de prison ferme et prononcé des verdicts allant de 5 à 8 ans d’emprisonnement à l’encontre des membres de sa famille.
Début novembre et comparaissant dans une autre affaire, l’ancien patron de la police nationale a bénéficié de l’acquittement dans l’affaire dite « d’abus de fonction » qui a été traitée par le Tribunal de Blida.
Poursuivi dans cette même affaire, Noureddine Berrachedi, ancien chef de la Sûreté de la wilaya d’Alger, a bénéficié lui aussi de l’acquittement.
Il s’agit du verdict définitif après l’appel introduit auprès de la Cour suprême qui a accordé le pourvoi en cassation et renvoyé l’affaire auprès de la Cour de Blida.
Le Parquet général près la Cour de Blida a requis, faut-il le rappeler, le 26 octobre dernier, une peine de 7 ans de prison ferme contre les deux accusés, assortie d’une amende de 500 000 DA et subsidiairement la confirmation de la précédente peine en appel les condamnant à une peine de 4 ans de prison ferme assortie d’une amende de 100 000 DA chacun.
Les comparutions de Hamel en ce mois de novembre ne sont pas encore finies puisqu’il est attendu, le 24 novembre, à la Cour de Boumerdès dans le procès en appel qui concerne également son fils, d’anciens walis et d’ex-responsables de la wilaya de Tipasa, poursuivis dans une affaire de «détournement de foncier agricole» et «d’abus de pouvoir».