Les parlementaires reprendront le chemin de l’Assemblée populaire nationale (APN) et du Sénat, demain, à l’occasion de l’ouverture de la session parlementaire.

Cette reprise du travail législatif, après un mois de vacances, pour les représentants du peuple ne sera pas de tout repos. Intervenant, en effet, à quelques encablures de l’élection présidentielle de 2019, cette session sera des plus chargées. Il est question de la programmation d’ores et déjà de plusieurs avant-projets de loi, ce qui sollicitera grandement les élus du peuple. Il est ainsi question du projet de loi de finances 2019. L’autre avant-projet de loi d’importance qui figurera au menu de cette session parlementaire est celui relatif aux collectivités territoriales. Selon des sources parlementaires, ce texte de loi conférera un rôle « pionnier » en matière de missions relatives au développement local. Dans ce projet de loi, il sera, en effet, question de la révision des codes communal et de wilaya. Ce projet de loi, dont l’élaboration a atteint une phase avancée, a pour objectif le
« renforcement des prérogatives des Assemblées locales élues pour relancer la dynamique de développement et répondre aux aspirations de la population ainsi qu’une répartition claire des prérogatives et la rationalisation de l’intervention des collectivités territoriales à travers la révision de l’organisation et du fonctionnement des entreprises publiques locales, conformément à la nouvelle vision économique », a précisé notre source à ce propos. Un texte de loi concernant le développement du e-commerce est également au programme selon notre source. En attendant la tenue prochaine d’un conseil des ministres, qui programmera en son sein plusieurs textes de loi qui seront par la suite transmis aux parlementaires, ces derniers ambitionnent d’ores et déjà de solliciter le gouvernement à travers des questions écrites. C’est ainsi qu’au cours de la réunion des bureaux de l’APN et du Sénat, d’avant-hier, consacrée à l’examen de plusieurs points relatifs à la préparation à l’ouverture de la session parlementaire, le bureau a étudié plusieurs questions orales et écrites destinées au gouvernement et décidé de les transmettre aux responsables des secteurs concernés car répondant aux conditions légales requises. Selon des sources parlementaires, des questions orales seront adressées au gouvernement à propos de la question sociale et surtout par rapport à l’épidémie actuelle du choléra. « Notre reprise à l’APN sera bruyante », lance un député rencontré hier à Alger, selon lequel « en tant que représentants du peuple, on aura à interroger le gouvernement sur la faillite de sa communication en matière de choléra, sur les raisons que la prévention de cette maladie, disparue depuis 1996, n’a pas été efficace ainsi que sur l’impératif d’une prise en charge adéquate des malades actuellement soupçonnés d’avoir cette infection ». <