Comme bon nombre de clubs partout ailleurs en Europe, le Paris Saint-Germain vit une situation délicate d’un point de vue financier. Avec un déficit estimé à 204 millions d’euros pour la saison en cours – une somme en grande partie provoquée par l’absence de revenus liés à la billetterie – les Franciliens doivent faire des économies là où ils peuvent et mener une politique un peu plus austère qu’auparavant.
Et dans l’édition du journal L’Equipe d’hier, on apprend que le club de la capitale doit un joli pactole à ses joueurs. Ainsi, la direction n’a pas encore payé une somme dépassant les 20 millions d’euros à son effectif. Un montant qui correspond aux primes de performances de la saison dernière et qui avait été négocié par les joueurs avec Leonardo en début d’année.
La direction fait traîner et veut renégocier
Il s’agit de primes d’environ un million d’euros par joueur, qui auraient dû être versées aux membres de l’effectif parisien en septembre ou en octobre, toujours selon le média. Ce qui, logiquement, commence à agacer plus d’un joueur parisien. De leur côté, les dirigeants souhaitent renégocier ce montant, se basant notamment sur le fait qu’il y a eu moins de matchs disputés en Ligue 1 et en Ligue des Champions la saison dernière, et donc moins d’entrées d’argent. L’état-major du champion de France a aussi mis la crise sanitaire et financière comme argument. Les échecs de négociations pour une baisse des salaires de l’équipe sont mal passés auprès des dirigeants. Les joueurs avaient dit non à une baisse de 30% de leurs émoluments, ce qui a agacé la direction, qui n’a donc visiblement pas vraiment envie de faire des efforts en retour. Mais Nasser Al-Khelaïfi et compagnie seraient bien inspirés de trouver une solution pour ne pas risquer de voir la situation s’envenimer…