Des moyens importants ont été mobilisés pour éviter les coupures de courant et, le cas échéant, rétablir la distribution dans des délais très courts.

La production actuelle d’électricité de la Sonelgaz avoisine les 18 000 mégawat (MGW) par jour pour une consommation journalière en cette période de forte canicule estimée, selon la filiale chargée de la distribution (SDE), à 15 700 MGW. Cette offre supérieure à la demande laisse déduire que les foyers ne vont pas connaître de coupures d’électricité dans les jours où les semaines qui viennent. Cependant, le P-DG de Sonelgaz, Mohamed Arkab, n’écarte pas que des coupures de courant pourraient intervenir ici et là. Ce dernier, qui s’exprimait sur cette éventualité lors d’une conférence de presse organisée à l’occasion de la tenue d’une journée de travail sur le thème «la réalisation des lignes de très haute tension et haute tension (THT/HT)», a rappelé que dans le sud du pays, où la température a dépassé les 48°C engendrant une très forte demande, «des coupures ont eu lieu dans certaines villes du pays, à l’image de Ghardaïa, qui a été la plus affectée». Il précisera que «l’électricité a été rétablie et cela grâce à l’intervention rapide du personnel chargé de la distribution dans cette localité». Toujours à propos de l‘éventualité de coupures d’électricité en cette période, le responsable a fait savoir que son entreprise «a mobilisé de gros moyens humains et matériels pour intervenir, le cas échéant, dans des délais record». Et d’ajouter dans ce sens : «Tout va bien se passer car nous avons mis les bouchées doubles pour que toute coupure soit au plus vite rétablie». Une affirmation qui va certainement rassurer autant les ménages que les commerçants, dont les coupures engendrent pour les premiers des désagréments et aux autres des pertes financières dues au fait que certaines denrées alimentaires se doivent d’être conservées à des températures basses.
Les ménages et commerçants redoutent des coupures d’électricité car ayant toujours en mémoire les déboires occasionnés par les coupures de courant durant les années précédentes. Depuis 2011, de fréquentes coupures d’électricité ont été enregistrées et de nombreux clients de la Sonelgaz ont demandé à être indemnisés suite aux dommages collatéraux qu’ils avaient subis. Interrogé sur ce dédommagement, le P-DG de Sonelgaz a indiqué que «ses services avaient répondu favorablement et de façon rapide aux doléances de la clientèle concernée». Avant de clore ce chapitre, Mohamed Arkab a tenu à souligner que la Sonelgaz ne cesse de consacrer des montants financiers colossaux afin de soutenir les réseaux de production, de transport et de distribution de l’électricité au niveau national et dans l’objectif d’en finir une fois pour toute avec les coupures intempestives d’électricité.
Concernant les dommages subis par les appareils électriques et électroniques des ménages suite aux coupures d’électricité, le même responsable a rappelé que son groupe avait dédommagé de nombreux citoyens : «Nous avons des procédures pour le dédommagement des clients pénalisés par les coupures.» Il a, cependant, fait valoir, que les coupures d’électricité se produisaient de moins en moins grâce au développement du plan de transport et de distribution de l’électricité de Sonelgaz. Même lors des interruptions électriques, l’entreprise dispose d’un système d’intervention rapide qui permet de réduire le temps des coupures, selon lui.

Fournir la Tunisie en temps de pic de consommation
A la question qu’adviendra-t-il du reste de production d’électricité qui ne sera pas utilisée dès lors où la demande est légèrement inférieure à l’offre, le premier responsable de la Sonelgaz a avancé l’éventualité de l’exporter vers la Tunisie. C’est d’ailleurs possible, compte tenu de l’existence d’un réseau d’interconnexion entre les deux pays, qui s’est renforcé ces dernières années. Comme il faut savoir également que l’Algérie s’est engagée à fournir la Tunisie en temps de pic de consommation. En effet, la Société nationale de l’électricité et du gaz a signé avec son homologue tunisienne, la Société tunisienne de l’électricité et du gaz (Steg), des accords commerciaux pour lui fournir 100 mégawatts qui seront utilisés en cas d’augmentation de la demande au cours de la saison du pic de la consommation. Autre alternative au surplus de production électrique, «l’interconnexion maghrébine qui lie l’Algérie à la Tunisie et au Maroc, et des projets de liaison avec la Libye», a enfin avancé le P-DG de la compagnie nationale d’électricité et de gaz. Plus précis, Mohamed Arkab a indiqué qu’un accord avait été signé vendri dernier entre son groupe, l’Office marocain de l’électricité et de l’eau potable (ONE) et la Société tunisienne de l’électricité et du gaz (STEG) pour approvisionner la Tunisie en électricité. Cet accord porte sur la fourniture de 200 à 300 mégawatts (MW) par l’Algérie et le Maroc pour permettre à la Tunisie de faire face à sa demande en cette énergie, a-t-il souligné. Quant à la Libye, M. Arkab a précisé qu’il s’agissait surtout de la maintenance des équipements électriques de ce pays tout comme il a indiqué que l’Algérie a un projet de partenariat avec ce même pays pour la production de l’électricité en Libye.