Selon le Daily Mail, les deux clubs de Manchester font les yeux doux à Erling Haaland en vue de la saison prochaine. Vu la cote actuelle sur le marché de l’attaquant, Dortmund pourrait être tenté de le laisser partir cet été au prix fort, sa clause libératoire, estimée à 71 millions d’euros, ne s’activant qu’en 2022.
Alors qu’ils s’apprêtent à en découdre sur le terrain hier, City et United lutteraient également en coulisses. A en croire le Daily Mail, les deux clubs de Manchester ont jeté leur dévolu sur le jeune et impressionnant attaquant de Dortmund, Erling Haaland (33 buts en 26 titularisations depuis son arrivée dans le club allemand), en vue de la saison prochaine. Pour les Citizens, il s’agirait ainsi de remplacer l’international argentin Sergio Aguero dont le contrat arrive à son terme en juin 2021.
Le club de Pep Guardiola aurait d’ailleurs potentiellement une longueur d’avance sur les Red Devils dans le dossier, car le père du phénomène norvégien, Alf-Inge, a joué trois ans sous les couleurs de Manchester City entre 2000 et 2003. United, qui avait déjà tenté d’attirer Haaland avant qu’il ne débarque à Dortmund, serait plus concentré sur le profil d’ailier d’un autre joueur du Borussia Jadon Sancho, qui avait d’ailleurs manifesté son désir de rejoindre le club mancunien lors du dernier mercato.
DORTMUND AURA INTÉRÊT À LE VENDRE CET ÉTÉ
Si Haaland continue de flamber, il y a fort à parier que Dortmund tirera grand bénéfice d’une vente l’été prochain, d’autant que le Real Madrid serait aussi intéressé même si la priorité des Merengue reste un certain Kylian Mbappé. Le Borussia a d’autant plus intérêt de profiter de la cote de son attaquant vedette que celui-ci bénéficie dans son contrat d’une clause libératoire estimée à 65 millions de livres sterling (71 millions d’euros) qu’il pourra activer en 2022.
Néanmoins, d’éventuelles négociations entre Haaland et les deux clubs de Manchester pourraient se heurter à un obstacle majeur : son agent Mino Raiola. Ni United ni City n’entretiennent de bonnes relations avec le représentant sulfureux du Norvégien. Rien n’est donc acquis dans ce dossier. n