Abderezak Mokri, président du Mouvement de la société pour la paix (MSP), et Abdelmadjid Menasra, président du Front du changement (FC), ont animé, hier, une conférence de presse conjointe à Alger pour sceller l’union entre leurs partis.


«Ce n’est pas juste une union, c’est une synergie», a d’entrée lancé Mokri devant un important parterre de journalistes ainsi que les militants tant du MSP que du FC présents sur place. Selon le patron du MSP, l’union entre sa formation et celle de Menasra profitera à «énormément de cadres capables, compétents et qui ont de l’expérience et dont beaucoup ont été paralysés par la désunion». «Ces cadres vont revivre de nouveau et c’est cela notre objectif à travers notre démarche», a-t-il soutenu.
Avant de préciser en outre que cette union et cette réunification sont aussi « un besoin national». Comment ? « Aujourd’hui, tout le monde craint les conséquences de notre situation économique et sociale et des troubles qui peuvent en résulter et atteindre sa stabilité», a-t-il argué. A ses yeux, «dans ce genre de conditions, l’Algérie a besoin de ceux qui peuvent transmettre des messages de conciliation et d’unité». «L’Algérie a besoin aujourd’hui d’un consensus national pour sa stabilité», explique-t-il encore, avant de souligner que «cette union entre nos deux partis est notre contribution pour notre pays pour la formation et la conscientisation pour les valeurs de l’union». Intervenant pour sa part, Abdelmadjid Menasra a fait observer que l’initiative d’unir les deux formations en une seule «est un choix et une conviction». «Ce n’est pas sous pression de la loi électorale», a-t-il noté, avant de faire remarquer que «certains disent que nous avons été surpris». Mais «il ne s’agit aucunement d’une surprise», note-t-il. Avant de soutenir qu’il est question d’une « démarche qui a duré
44 mois». «Cette union n’a pas été une réaction», lance-t-il aux journalistes, tout en faisant remarquer qu’«il s’agit d’une démarche stratégique qui tire les leçons du passé et qui se prépare pour l’avenir». Toutefois, Menasra expliquera que «cette union n’a pas été possible sans concessions et c’est aussi le fruit de consultations et de conseils de beaucoup d’amis et même de la part de certaines partis au pouvoir». Plus précis, il expliquera aux professionnels des médias que «c’est une union qui a été décidée de manière consensuelle». Aux yeux du patron du FC, cette union a tout autant un rapport avec les prochaines élections. «Cette union est contre la marginalisation et le désespoir et elle va revigorer l’acte politique. Elle va aussi rendre une crédibilité aux élections qui ont été souvent frauduleuses.». En outre, Mokri a annoncé que la fusion du MSP avec le FC interviendra concrètement parlant dans dix mois après les législatives lors d’un «congrès unitaire». Et d’ici là, il présidera le mouvement avec Abdelmadjid Menasra, à tour de rôle, à raison d’une période de dix mois pour chacun. Par ailleurs, Mokri, dans une déclaration pour le moins surprenante faite en marge de la rencontre au vu du parcours récent de son parti depuis les dernières présidentielles de 2014, a déclaré sans rougir ne pas exclure le retour de son mouvement au gouvernement à l’issue des législatives. «Après les élections législatives, nous allons trancher si notre parti doit rejoindre ou pas le gouvernement», a lancé Mokri à la presse sans de plus amples détails.
Par ailleurs et concernant la lettre reçue du Front de la justice et du développement, du mouvement El Binaa El Watani et du mouvement Ennahdha qui ont signé récemment le document d’annonce de l’alliance stratégique, M. Mokri a précisé que ces partis «ont demandé une rencontre de concertation que nous avons saluée, nous attendons d’en fixer la date pour définir les perspectives de coopération entre nous». S’agissant du communiqué de la Coordination des libertés et de la transition démocratique (CLTD) transmis à tous les courants de la classe politique pour «choisir leurs représentants au sein des institutions élues, être présents et assurer le contrôle populaire permanent notamment à l’approche des échéances électorales», le président du MSP a indiqué que le communiqué a été signé par tous les membres de la coordination, annonçant une réunion de la CLTD la semaine prochaine.