La déclaration faite mardi par Abderrazak Sebgag est peut-être passée inaperçue dans certains médias. Mais le ministre de la Jeunesse et des Sports (MJS) a mis un coup de pression à Patrice Motsepe, président de la Confédération africaine de football (CAF). Et il l’a fait en lui rappelant qu’il a promis à Abdelmadjid Tebboune, président de la République, de lutter contre les pratiques opaques au sein de l’instance. Cette déclaration intervient au moment où des bruits de couloirs évoquent l’attribution au préalable de l’organisation de la CAN-2025 au Maroc au détriment de l’Algérie.

Par Mohamed Touileb
Le 17 juillet dernier, Motsepe a rencontré M. Tebboune. Le patron de la CAF était en tournée pour visiter les installations et les nouveaux stades en Algérie en prévision du CHAN-2022 qu’abritera notre pays du 13 janvier au 04 février prochains.
A la sortie de cette audience, le successeur d’Ahmad Ahmad a indiqué que les échanges entre lui et le Chef de l’Etat ont tourné autour de l’organisation du CHAN-2022. Toutefois, M. Tebboune a logiquement évoqué la candidature, qui était prévue, de l’Algérie pour accueillir la CAN-2025 à laquelle elle a postulé.

Enjeu supra-sportif
Deux mois et demi après, Motsepe avait encouragé « l’Algérie à présenter sa candidature pour abriter la CAN 2025, je veux lui donner l’opportunité d’organiser ce tournoi. Cela fait très longtemps que l’Algérie n’a pas abrité de CAN (depuis 1990, ndlr). Il existe des infrastructures de classe mondiale. L’Algérie a une histoire avec le football, dont toute l’Afrique est fière ».
Quatre autres dossiers ont été déposés à la CAF, à savoir ceux de l’Afrique du Sud, la Zambie, le binôme Bénin-Nigeria et le Maroc. La haute sphère politique savait que les enjeux dépassent le cadre purement sportif et qu’il y aurait des influences pour se prononcer en faveur d’un pays ou d’un autre. Et si l’Algérie a décidé de se présenter pour remplacer la Guinée comme pays hôte, c’est parce que Motsepe avait aussi « promis à M. Abdelmadjid Tebboune de lutter contre la corruption ».

Le CHAN pour inverser la donner
Par ces mots, le Sud-Africain a voulu rassurer M. Tebboune sur le fait que le choix du Comité exécutif ne sera pas entaché d’anomalie. Mais voilà que, depuis octobre écoulé, des « informations » persistantes révèlent que le Maroc a déjà obtenu l’organisation de la CAN-2025 sans aucun respect de la procédure. En effet, la CAF n’a même pas effectué les visites, prévues entre le 05 et le 25 janvier à venir, dans les pays intéressés à accueillir la messe continentale.
Cette alerte devrait inciter les autorités algériennes à revoir leur plan pour essayer de renverser la vapeur avant le 10 février, jour de la révélation du pays hôte. « La CAF n’a rien encore décidé concernant le pays hôte. Notre mission ne s’est pas arrêtée juste après le dépôt du dossier de candidature. Elle vient plutôt de commencer », a précisé Sebgag. Le déroulement du CHAN-2022 en Algérie pourrait être profitable pour persuader la CAF de faire confiance à l’Algérie. Surtout que le Maroc exploitera certainement la Coupe du monde des clubs FIFA 2022, qu’elle accueillera du 1er au 11 février 2023, pour faire du lobbying et en sorte que l’annonce du pays hôte lui soit favorable. n