Un autre match de l’équipe nationale au stade Mustapha Tchaker est le problème de la pelouse indigne qui persiste. Aux mêmes maux, les mêmes remèdes… ou presque. Encore une fois, l’éviction a été privilégiée comme mesure principale pour calmer la consternation des Verts. Ainsi, le ministère de la Jeunesse et des Sports a décidé de mettre fin aux fonctions du responsable des investissements et des infrastructures du ministère de la jeunesse et des sports, à savoir Redha Doumi, qui a été remercié. Kamel Nouasri, directeur qui était en charge de gérer l’enceinte de Tchaker, a subi le même sort.

Par Mohamed Touileb
La mesure peut paraître surprenante. Mais, désormais, c’est à la Fédération algérienne de football (FAF) qui sera chargée de l’entretien du gazon de l’antre de Blida qui a fait couler beaucoup d’encre lors des dates FIFA de septembre et octobre.
Dans un premier temps, il a été décidé de limoger le Directeur de la Jeunesse et des Sports (DJS) de la wilaya de Blida. Un mois après, les choses ne se sont pas améliorées. Elles se sont même empirées.
Et cela a provoqué le dégoût des joueurs d’ «El-Khadra» qui ont déploré le fait de jouer sur une aire de jeu indigne. Surtout qu’ils sont champions d’Afrique et qu’ils jouent pour la sélection d’un pays immense comme l’Algérie.
Sebgag parle de «Issaba»
Quelques stories postés par les Belaïli, Bounedjah, Benlmari outre Oukidja et un réquisitoire signés les deux cadres Islam Slimani et Riyad Mahrez, il y a eu des réactions et des mesures. Ces dernières ont pour but d’arranger les choses en vue des prochaines sorties des Verts. Surtout qu’ils pourraient disputer deux matchs cruciaux pour le mois de novembre (duel potentiellement décisif avec le Burkina) et -éventuellement- celui de mars (barrages) et l’ultime étape pour valider le ticket pour le Mondial 2022 au Qatar.
Face à ce nouveau contretemps de jardinage, le premier responsable du MJS, Abderezak Sebgag, a déclaré avoir eu «le même sentiment de frustration exprimé par les joueurs et supporters. Maintenant, je comprends les déclarations du président de la République quand il a parlé de Issaba (gang, ndlr).
Ce mot ne vise pas uniquement des personnes, mais il s’agit d’une mentalité, une culture qui est en train de s’installer chez nous. J’ai pris des décisions individuelles (sanctions, ndlr), touchant les personnes qui ont un rapport direct avec ce sujet.»
Réparation de la pelouse : Injouable pour novembre ?
En outre, le successeur de Sid-Ali Khaldi, qui a été invité par son homologue nigérien pour se rendre à Niamey et assister au match, a révélé que «nous avons décidé de confier la gestion de la pelouse du stade Mustapha-Tchaker à la FAF, car elle a une souplesse dans la gestion de ce genre de dossiers». Par ailleurs, il relèvera que «les gens à qui on a confié la gestion des infrastructures sportives ont pris l’habitude de gérer les choses comme s’ils étaient passagers. C’est regrettable d’en arriver là, pour un pays comme l’Algérie. J’ai pris des décisions immédiates, considérées comme des solutions urgentes pour remédier à ce problème. Le sujet est profond et nécessite plus de préparation».
La prochaine inspection des lieux sera pour le mois d’avril pour l’explication contre les Burkinabé… si les nouveaux responsables réussissent à gagner une course contre la montre qui s’annonce délicate.