PAR NAZIM BRAHIMI
Les futurs codes communal et de wilaya sont de nature à «consolider» le rôle du wali et des Assemblées locales, a affirmé hier le ministre de l’Intérieur, des Collectivités locales et de l’Aménagement du territoire.
M. Brahim Merad, qui s’exprimait quatre jours après la tenue de la rencontre Gouvernement-walis, a souligné que «l’entrée en vigueur de ces deux codes consolidera le rôle pivot du wali et des Assemblées communales et de wilaya élues».
Cela contribuera, a-t-il relevé, à «promouvoir le développement local et à s’orienter vers une véritable planification avec des mécanismes fondés sur une méthode participative complémentaire».
Le ministre de l’Intérieur a expliqué, par la même occasion, que les attentes des pouvoirs publics, à travers ces deux textes, est de réunir les conditions pour un «rôle efficace» des territoires locaux dans le développement local durable.
Lors d’une réunion extraordinaire du Conseil des ministres, le 9 octobre dernier, le président de la République avait ordonné de procéder «sans délais» à une révision approfondie des codes communal et de wilaya pour permettre une meilleure performance et des prestations à la hauteur des attentes des citoyens, tout en définissant les responsabilités avec précision», insistant sur l’impératif d’élaborer une «étude approfondie en prévision de la révision globale du système de fiscalité locale».
S’en est suivi, le 22 octobre, l’installation par le ministre de l’Intérieur, des Collectivités locales et de l’Aménagement du territoire, Brahim Merad, du comité d’experts chargé de la révision et de l’examen des projets de loi en question.
Hier, sur les ondes de la Radio nationale, le ministre a mis en exergue «le rôle essentiel» des walis de la République dans la mise en œuvre des différentes politiques publiques visant à promouvoir le développement local. Il a affirmé que «le rôle dévolu aux walis de la République dans la mise en œuvre des différentes politiques publiques, visant à promouvoir le développement local, est essentiel compte tenu notamment des prérogatives qui leur sont conférées et le soutien qui leur est accordé par le Président de la République».
S’agissant de l’évaluation d’étape présentée la semaine dernière par nombre de walis de la République lors de la rencontre Gouvernement-walis, M. Merad a qualifié cette évaluation de «positive», d’autant, a-t-il dit, qu’elle est «axée sur l’application des directives du Président de la République visant à poursuivre le recensement des lacunes et des disparités enregistrées dans certaines régions et leur prise en charge prioritaire».
Le ministre de l’Intérieur s’est, à ce propos, félicité des résultats de la rencontre Gouvernement-walis, qui a constitué «une opportunité pour unifier les vues, intensifier les efforts pour davantage d’efficacité dans la mise en œuvre des politiques publiques, mais aussi pour évaluer les actions issues des ateliers tenus en septembre passé».
Le ministre est également revenu, en outre, sur le dossier d’actualisation du Schéma national d’aménagement du territoire (SNAT) avec l’objectif d’éradiquer les disparités régionales et faire face aux nouveaux défis socio-économiques. Pour le ministre, «la dynamique économique locale sur laquelle l’on mise pour diversifier les sources de richesse en Algérie, repose sur la mise en valeur de tous les atouts et de toutes les ressources disponibles, d’autant plus qu’il a été procédé à l’entame de l’élaboration d’une feuille de route pour les potentialités économiques des wilayas et qui constitueront un outil pratique et scientifique entre les mains des walis de la République, en vue de tracer des stratégies locales efficaces».
Faisant état de l’entame par 35 wilayas de l’élaboration de leurs feuilles de route, M. Merad a indiqué que «l’année 2023 sera consacrée à l’appui et à la consécration des réalisations, pour englober différentes régions du pays, en comptant sur les efforts de chacun, en vue d’une prise en charge idoine des besoins et des préoccupations des citoyens». n