Le ministre de l’Intérieur et des Collectivités locales et de l’Aménagement du territoire, Salah Eddine Dahmoune, a évoqué jeudi «des agissements des laboratoires du mal à l’intérieur et à l’extérieur du pays » qui viseraient à détourner le mouvement de ses objectifs pour l’entraîner, a-t-il dit, dans « des intérêts étroits». Le ministre qui intervenait à l’occasion de la célébration de l’Indépendance du pays a fait part « des agissements effrénés des laboratoires du mal à l’intérieur et à l’extérieur du pays visant à faire pression et à mettre le mouvement populaire au service d’intérêts étroits ». Estimant que « ceux qui résument la démarche populaire en des revendications étroites et isolées sont ceux qui tentent de contourner la volonté populaire », M. Dahmoune a soutenu que « toute diversion sur des questions secondaires est une tentative désespérée visant à s’accaparer la volonté populaire pour établir un système individualiste et catégoriel que le peuple a de tout temps rejeté et banni ». S’agissant du mouvement populaire et de ses revendications, il a indiqué que l’Etat «ne ménagera aucun effort en vue d’accompagner le peuple algérien et lui prêter main forte pour opérer le changement auquel il aspire ». Il a ajouté, par la même occasion, que le peuple a exprimé « sa volonté avec maturité et clairvoyance et il est temps de concrétiser sa volonté souveraine, en lui préparant les conditions idoines pour choisir, en toute liberté et souveraineté, un nouveau président de la République».
Pour M. Dahmoune, cette démarche est d’une « importance extrême » car elle sert de base pour envisager les futures étapes à franchir, d’autant que le peuple « est appelé à opérer le changement escompté, à travers les institutions constitutionnelles qu’il mettra en place».<