«Nous allons renforcer les effectifs en formant des médecins généralistes dans le cadre du certificat d’études spécialisées en médecine (CES). Je pense que la formation sera efficace parce que le généraliste est la pièce angulaire du système national de santé et que la médecine n’est pas uniquement une médecine de spécialité ou de spécialistes.

Nous sommes en train de travailler sur une réorganisation du système national de santé en impliquant tous les confrères. Vous allez entendre parler de ça. Avez-vous vu le programme de la prise en charge des parturientes ? Nous allons le finaliser en fonction des possibilités qu’offrent les régions. Je tenais, au nom de la tutelle et des membres du gouvernement que je représente, à vous féliciter pour l’énorme travail que vous faites au quotidien à la différence de ce que peuvent prétendre certains. Vous prenez en charge des centaines de milliers de malades avec beaucoup de professionnalisme, je vous en suis reconnaissant. Je reste à l’écoute de l’ensemble des professionnels de la santé, y compris le corps paramédical et les personnels de soutien. L’administration doit travailler en collaboration avec les personnels soignants. C’est vrai qu’il y a un certain nombre de problèmes qu’on voit sur le terrain mais nous sommes en train de les prendre en charge.
Le problème n’est pas un problème d’argent mais un problème d’hommes et de femmes qui doivent être intégrés dans une organisation du système de santé. Nous avons les moyens de le faire, nous allons pouvoir le faire mais personne ne peut travailler tout seul. Il faut que l’on soit un groupe qui représente toutes les parties. Il y a beaucoup de choses à faire à court ou moyen terme, on peut relever un certain nombre de défis. Je reste à l’écoute de tout le monde. Je vous demande de me transmettre les procès-verbaux des conseils médicaux car ils nous aident à prendre en charge tous les problèmes auxquels sont confrontés les professionnels de la santé. Je suis persuadé que nous allons faire de belles choses ensemble.» C’est le message adressé par Mokhtar Hasbellaoui, le ministre de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière lors de sa visite de travail, hier, dans la wilaya de Mila, à l’intention des médecins et des paramédicaux des hôpitaux Houari-Boumediène, de Chelghoum Laïd, Meddahi, de Ferdjioua, des Frères Tobbal et des Frères Meghlaoua de Mila. Lors du point de presse, le ministre a demandé aux représentants des médias de ne pas poser de questions à caractère national, préférant ne répondre qu’à celles relatives à la wilaya. À propos de rougeole, il dira que les wilayas d’Ouargla et d’El Oued ont été les plus touchées par ce fléau et que bientôt tout rentrera dans l’ordre. La cause de l’épidémie de rougeole serait due, selon ses propos, à un défaut de vaccination. Le ministre a procédé à la pose de la première pierre d’une future école de formation paramédicale d’une capacité de 300 places pédagogiques, à Mila.