Le ministère tunisien des Affaires étrangères, de la Migration et des Tunisiens à l’étranger a affirmé, mardi, son « profond étonnement face aux déclarations attentatoires à l’Algérie, pays frère », soulignant que de telles « attitudes irresponsables n’engagent que leurs auteurs, et nullement l’Etat tunisien. » Le ministère a publié un communiqué sur sa page Facebook, dans lequel il a exprimé son « profond étonnement face aux déclarations attentatoires à l’Algérie, pays frère », réitérant son « rejet catégorique de toutes tentatives désespérées tendant de porter atteinte à la force et à la profondeur des liens fraternels et des relations stratégiques entre la Tunisie et l’Algérie. » En réponse aux déclarations de l’ancien président tunisien, Moncef Marzouki, dans lesquelles il accuse l’Algérie d' »immixtion dans les affaires tunisiennes », durant les évènements du prétendu « printemps arabe », le ministère tunisien a affirmé que de telles « attitudes irresponsables irresponsables n’engagent que leurs auteurs, et nullement l’Etat tunisien ». « Ces déclarations n’entameront, en rien, les relations tuniso-algériennes exceptionnelles qui ne cessent d’enregistrer un développement remarquable, grâce à la volonté sincère des dirigeants des deux pays de renforcer la coordination, la concertation ainsi que la foi commune en les valeurs de fraternité, de solidarité et e communauté du destin pour le mieux des intérêts des deux peuples frères », a soutenu le MAE tunisien. Le président du mouvement tunisien Ennahdha, Rached Ghannouchi avait affirmé, plus tôt dans la journée, qu' »il ne tolèrera aucune atteinte à la relation stratégique liant les deux pays frères, la Tunisie et l’Algérie ». « Notre relation avec l’Algérie est à l’avant-garde des relations internationales et régionales, étant une relation stratégique, et nous sommes reconnaissants vis-à-vis de nos frères algériens, Etat et peuple, pour avoir été aux côtés des Tunisiens dans les moments difficiles », a-t-il soutenu. (APS