Le ministre de l’Education nationale, Mohamed Ouadjaout, a déclaré hier que les directeurs de l’éducation au niveau national sont tenus de s’acquitter des missions qui leur sont assignées dans une «lettre de mission» comportant 100 missions qui leur parviendra «officiellement» selon un calendrier qui sera incessamment appliqué. Présidant une conférence avec les directeurs de l’éducation des wilayas par visioconférence, le ministre a précisé que les directeurs de l’éducation sont chargés, dans la limite du territoire de leurs wilayas et dans les délais fixés, de s’acquitter des missions contenues dans la lettre qui comprend plus de 100 missions qui traduisent les objectifs tracés dans le plan d’action du ministère. Chaque directeur «est tenu de prendre en compte le principe de l’obligation des résultats», a-t-il dit, ajoutant qu’«il y aura un suivi permanent et minutieux du travail accompli par le directeur et sa performance sera évaluée selon des normes précises». «Un programme de formation a été mis en place au profit des directeurs de l’éducation, ce qui leur permettra d’améliorer leurs compétences professionnelles», ajoute le ministre qui souligne que les directeurs de l’éducation sont tenus d’appliquer le contenu de la lettre de missions et de réaliser ses objectifs. Cette lettre évoque six domaines, à savoir l’enseignement avec ses deux volets, l’organisation et la règlementation scolaires, la pédagogie, l’organisation des examens scolaire, en sus de l’amélioration de la gouvernance dans le système éducatif et du professionnalisme du personnel de l’Education nationale à travers la formation. Il s’agit également du soutien à la scolarisation et l’animation de la vie scolaire, outre le partenariat social notamment en ce qui concerne le renforcement du dialogue et la concertation avec les partenaires sociaux. Le ministre de l’Education n’a pas manqué l’occasion pour affirmer que «son secteur procèdera à la mise en place de mécanismes pour le suivi de l’ensemble des opérations sur le terrain. (APS)