Pour sa 4e sélection avec l’équipe nationale, Saïd Benrahma a eu un rendement mitigé face au Nigéria. Cette fois, il a joué toute la rencontre sans pour autant marquer véritablement les esprits.
On a comme une impression qu’il a du mal à franchir un palier. Faut-il s’inquiéter ? Lecture.

Avec les « Fennecs » comme en club, il éprouve ce qui ressemble à un sérieux blocage lorsqu’il est appelé à s’illustrer. En août dernier, lors des barrages pour la montée en Premier League avec Brentford, Benrahma n’a pu distiller qu’une passe décisive lors des 3 rencontres de play-offs. Pourtant, avant d’arriver à ces matchs décisifs, il marchait sur l’eau. Il a d’ailleurs grandement contribué à placer les « Bees » à la 3e place de la Championship. Classement qui leur a permis de postuler pour le 3e et dernier ticket pour l’accession. Après la reprise du championnat suite à l’arrêt en raison de la propagation du Coronavirus, l’Algérien avait marché sur l’eau. 7 buts et 1 passes décisives en 6 rencontres, avant un coup d’arrêt lors des 3 ultimes rounds qui pouvaient offrir une montée directe pour les siens. En effet, ils avaient laissé filer 6 points sur les 9 qui étaient en jeu. Un coup de mou personnel qui laissait déjà transparaître une forme de blocage quand il y a de l’enjeu.

Belmadi n’est pas inquiet, mais…
Un écueil psychologique et un plafond de verre qui semble très épais. Avant d’affronter le Nigéria vendredi soir, Djamel Belmadi a relevé chez son joueur « des qualités pour s’imposer en équipe nationale et en Premier League.» Toutefois, il a évoqué le fait qu’il ait « des étapes à franchir » non sans estimer que « ce qu’il fait en Championship est largement suffisant pour convaincre des équipes de PL. Qui d’autre que Saïd avec tous les buts qu’il met mérite de jouer en Premier League? En équipe nationale c’est pareil. C’est un processus. C’est des étapes à franchir. Il aura le temps de jouer sur ces deux matches pour pouvoir démontrer ses qualités. Il arrive à une forme de maturité et je n’ai aucune inquiétude pour lui.» Du temps de jeu, le driver de l’EN lui en a donné. Et pas qu’un peu puisqu’il été sur la pelouse toute au long de la partie. Le temps de se procurer deux véritables occasions. Une première sur une frappe aux abords de la surface captée par le gardien du Nigéria (20’) et une seconde à la 80e minute qui était un peu molle pour inquiéter le keeper des « Super Eagles ». Cette tentative était intervenue après un joli numéro technique de l’ancien sociétaire de l’OGC Nice.

« Brouillon sur certains moments »
Le symbole est là. Benrahma a beaucoup de potentiel qu’il a du mal à étaler complètement et parfaitement car incapable de régler ses paramètres psychologiques.
Malgré cela, Belmadi n’a pas été très sévère avec lui au moment de parler de sa copie de vendredi. « Il a manqué que le but à Benrahma même s’il a été brouillon sur certains moments du match. Mais dans l’ensemble très percutant et dangereux. Il ne lui manque pas grand-chose », avait-il jugé.
Une réalisation sauve souvent une prestation. Pour Benrahma, elle n’est pas venue. Et ce n’est faute d’avoir essayé. Peut-être qu’il se rachètera mardi contre le Mexique. Il est même obligé tant certains de ses compères ont marqué des points il y a deux jours.
On pense notamment à Belkebla et Boulaya. Ce dernier a été « très intéressant » aux yeux du driver d’ « El-Khadra ». Une satisfaction « appuyée » que Benrahma aurait certainement aimé avoir. Surtout qu’il n’a rien à envier au Messin pour ce qui est de son brut foot. n