Un gros coffre, une présence athlétique de très haut niveau, apport défensif, contribution offensive et une grande maturité dans le jeu, Ismaël Bennacer a livré, mardi soir face au Mexique (2/2), une nouvelle prestation de très haut niveau. On peut même la mettre dans le registre «masterclass». Le MVP de la CAN-2019 commence même à faire de l’ombre à Riyad Mahrez. A 22 ans, l’Algérie peut se targuer d’avoir un milieu de terrain de très haut niveau pour les 8 ou 10 années à venir.

On est face à l’un des meilleurs « regista » au monde. Indubitablement et sans exagération. Le bagage footballistique est, tout bonnement, impressionnant. Depuis le tournoi égyptien remporté par l’Algérie en juillet 2019, Bennacer ne cesse de rayonner. Sa prestation d’avant-hier n’a pas dérogé à la règle. Que ce soit dans la récupération ou la construction des attaques, le sociétaire du Milan AC aura excellé. Il s’est même offert son premier but, dont il est « très fier », avec l’équipe nationale. Et cette réalisation -ô combien importante- était à l’image de son tempérament : très puissante.
Servi en retrait par Sofiane Feghouli, le « Milanista » a décroché une frappe monumentale de 25 mètres pour permettre aux siens de revenir très rapidement dans la partie. En plus de sa contribution directe dans le résultat technique, il a pu gratter une bonne dizaine de ballons en ratissant très large dans son secteur de jeu. « Isma » ne rechigne pas à l’effort quand il est sur un terrain de foot. Sa prestation contre les Mexicains en est l’illustration parfaite.

La CAN-2019, c’est parti de là
Dans la zone médiane, le Meilleur joueur de la CAN-2019 aura brillé de mille feux. Une prestation des plus remarquables qu’est celle qu’il a livrée sur la pelouse du Cars Jeans stadium. On est face à un joueur de classe mondiale. Clairement. Celui qui cumule désormais 21 capes est en train de prendre une nouvelle dimension. Il reste dans la lignée de ce qu’il a pu montrer lors du tournoi égyptien. Cette épopée africaine semble lui avoir fait énormément de bien. Lui qui n’était pas un élément indispensable de l’ossature de l’EN avant ce tournoi dans lequel Belmadi, driver des Fennecs, a décidé de l’incorporer dans ses plans durables. Pour rappel, avec Raïs M’Bolhi, il était le seul élément à avoir pris part aux 7 rencontres de l’épreuve majeure du continent.
Evolution exponentielle
Que ce soit physiquement, techniquement ou tactiquement, Bennacer est très impressionnant. Ces atouts lui ont permis de combler le vide laissé après la sortie d’Adlène Guedioura sur expulsion.
Pendant 40 minutes, l’ex-sociétaire d’Empoli FC et d’Arsenal a eu une présence tentaculaire dans le cœur du jeu face à un milieu de terrain d’El Tri des plus dense et talentueux.
Surtout qu’il compte des éléments d’expérience à l’instar d’Herrera et Guardado.
Nombreux Algériens ont pu, une nouvelle fois, s’arrêter sur la qualité du « Rossonero » égal à lui-même. Il y avait même la cerise sur le gâteau avec sa réalisation qui vient se greffer ses 5 offrandes avec la tunique d’ « El-Khadra » depuis sa première sélection honorée le 04 septembre 2016 contre le Lesotho.
Un bilan comptable qu’il risque de garnir encore plus dans l’avenir. Surtout qu’il semble toujours avec une marge de progression car son impact ne cesse d’augmenter.
Reste désormais à lui trouver un binôme performant sachant que Guedioura, qui l’épaule dans sa mission, est proche de la retraite. n