Par Mohamed Touileb
Lors de Niger–Algérie (0-4), il était partout. Que ce soit dans le repli défensif ou la projection offensive, Ismaël Bennacer a répondu présent. Et quand la dynamo de l’équipe nationale tourne bien, il y a de forte chance que l’adversaire soit broyé. En effet, c’était le cas pour les Nigériens surclassés 4 buts à 0 chez eux avec, en prime, une réalisation du Milanais.
Il était certainement l’une des satisfactions côté des Fennecs ce mardi. Bennacer a rappelé à quel point il peut être précieux et influent dans le rendement global de l’équipe. À un moment, on a retrouvé l’Ismaël élu meilleur joueur du tournoi lors de la CAN 2019 en Égypte. Même si on aurait pu avoir l’impression que le milieu de terrain était quelque peu dégarni avec le 4-4-2 prôné par Djamel Belmadi, le «regista» a mis le volume de jeu requis pour ratisser large et fermer les brèches.
Très bon dans le repli et la projection
Il n’a pas manqué de donner un coup de main à Youcef Atal, souvent à la peine, sur le côté droit. Quand le latéral était transpercé, il pouvait compter sur le retour de son compatriote pour stopper les attaques. On peut citer ce tacle spectaculaire à la 10e minute de jeu pour récupérer le ballon. À cet instant, le bloc-équipe de l’Algérie n’était pas encore en place, Isma si.
Au fil des minutes, le Rossonero a tissé sa toile et a commencé à aimanté le ballon. Il n’a pas hésité à mettre de l’engagement en plus de savoir aérer le jeu quand il le fallait en jouant sur la largeur. Il y avait aussi de la profondeur dans ses mouvements comme le montre le contre sur le 3e but de l’EN qui porte sa griffe. Au pressing pour récupérer le ballon, l’ancien sociétaire d’Arsenal était à la conclusion pour inscrire sa 2e réalisation en 29 sélections avec El-Khadra pour 5 passes décisives.
Sa cuisse a tenu bon
Certes, le Niger n’est pas le plus coriace des adversaires pour s’extasier devant la copie rendue par le milieu de terrain de 23 ans. Cependant, il faut dire qu’il y a de nombreux éléments qui prêtent à la satisfaction. Notamment sur le plan physique sachant que Bennacer a eu des soucis récurrents à sa cuisse droite. Le fait que ça tienne plus d’une heure (il a joué 67 minutes avant de céder sa place à Adam Zorgane) sur des pelouses africaines dangereuses pour l’organisme est l’un des points positifs. Belmadi sait que son poulain est en délicatesse avec cette zone de la jambe. Et il n’a pas voulu prendre le risque de le laisser terminer. D’autant plus qu’il y a des remplaçants de qualité. La date FIFA aboutie d’octobre pourrait donner plus de confiance au Vert pour briller avec l’AC Milan. Dans la zone médiane, il est en concurrence avec Sandro Tonali. Toutefois, sans chauvinisme, on peut certifier que l’Algérien est plus complet quand il a ses pleines capacités. n