Si le CR Belouizdad s’est mis dans une bonne posture pour se qualifier en demi-finale de Ligue des Champions CAF, c’est en grande partie grâce à Amir Sayoud. Face à l’ES Tunis samedi, le numéro 10 a fait le break pour sceller le succès 2 buts à 0 du Chabab. La constance et la consistance qu’il affiche depuis le début de cet opus 2020-2021, notamment dans l’épreuve reine de la CAF, peuvent lui valoir de prendre part au prochain stage de l’équipe nationale.

Par Mohamed Touileb
Amir Sayoud est un autre joueurdepuis qu’il a rejoint le CR Belouizdad en janvier 2019. Dans un premier temps, il a participé à sauver le club de la descente et gagner la Coupe d’Algérie avant d’être sacré champion la saison dernière dans un contexte spécial. Pour l’exercice en cours, il est en train de dimensionner les Belouizdadis en Afrique. Avec 8 buts et 2 passes décisives en 10 rencontres de Ligue des Champions CAF, l’ancien sociétaire d’Al-Ahly SC (Egypte) s’impose comme l’un des meilleurs joueurs de l’épreuve pour cette édition. La campagne africaine est en train de donner une envergure certaine au gaucher qui pourrait lui ouvrir les portes de l’équipe nationale.

Fastueux dans l’épreuve reine
Avant-hier, il a activement contribué au succès 2 buts à 0 du « Chabab » pour la réception de l’ES Tunis. Sayoud a fait le break pour les siens dans les dernières minutes pour les placer en ballotage favorable avant le quart de finale « retour » en Tunisie dans une semaine.
Dans cette épreuve, le numéro 10 aura été précieux. En mauvaise posture pour passer la phase de poules, les Algérois ont pu compter sur lui lors des deux dernières sorties pour arracher le billet de qualification. Il avait fait mouche à chacune des rencontres avant de récidiver cet après-midi contre l’Espérance. Actuellement, il est le meilleur baroudeur de la compétition majeure de la CAF. Aussi, en Ligue 1 algérienne, il a trouvé la faille à 7 reprises pour 5 offrandes en 14 apparitions cette saison pour celui qui est passé par le DRB Tadjenanet pour se relancer en Algérie après des expériences pas très abouties au Koweït (Al Arabi SC/2010-2011), en Bulgarie (Beroe Stara Zagora/2013-2014) et Tunisie (CS Sfaxien/2014-2015). A oublier même qu’il a fait une pige au MC Alger (2012-2013) aussi.

Le CRB, temple de résurrection
Dans la capitale, c’est du côté de la banlieue algéroise qu’il a trouvé son havre de paix. Le CRB a flairé le bon coup en l’enrôlant au moment où il connaissait un vrai mal-être chez le voisin usmiste. Le team de Laâquiba pourrait lui ouvrir la porte d’El-khadra.
Certes, le secteur offensif des Verts est assez dense. Mais la polyvalence de Sayoud, qui peut jouer en second attaquant et milieu offensif ou ailier gauche, peut le rendre sélectionnable. A 30 ans, il pourrait découvrir le niveau international en guise d’aboutissement pour une carrière pas très stable mais au redressement remarquable. n