L’accélération vertigineuse des cas de contamination depuis quelques semaines nous place, de façon sévère, face à notre miroir. Il est évident que nous sommes face à un mouvement vers la hausse de la propagation parce qu’il y a désormais plus de mobilité au sein de la population après des mois de ralentissement particulièrement éprouvants. Le fameux plateau, qui rassurait un tant soit peu, n’était en fait qu’un répit avant une accélération rapide des contaminations, encouragée il est vrai par une indiscipline de la société qui, au fond, ne surprend personne. Aujourd’hui, les scientifiques, virologues, épidémiologistes et immunologues en tête, reconnaissent une impossibilité à faire dans la prospective concernant un virus nouveau et mutant. Et le rebond des contaminations s’explique notamment, selon ces experts, par l’augmentation des dépistages. L’on teste aujourd’hui largement plus qu’au début de la crise. Avec la multiplication des laboratoires d’analyses, le chiffre des contaminations devrait se rapprocher de la réalité sanitaire actuelle en Algérie. Mais cette réalité ne semble pas encore inquiéter d’autres experts qui estiment que la situation n’est pas alarmante tant que les décès sont plus ou moins contenu dans un nombre qui laisse une marge convenable aux hôpitaux. En parallèle, dans l’espace public, la réticence au port du masque de protection en dit long sur le rapport que nous avons avec l’ordre et la discipline. Laquelle discipline qui, étrangement, nous séduit lorsqu’on la voit à la télévision dans d’autres pays. Comment faire preuve d’incrédulité face à un phénomène qui touche le monde entier, dont des pays développés dotés de couverture médicale reconnue comme optimale. L’hésitation à respecter scrupuleusement les règles de protection sanitaire est symptomatique chez nous d’un état de mal-être social structurant. Que la pandémie ne fait qu’exposer. Et pourtant, dans un pays où la santé est tellement décriée, le bon sens voudrait que la majorité des citoyens se plie à de simples et élémentaires règles. Dont l’importance est vitale.