Footballistiquement, c’est une perte. Dans l’esprit pas vraiment. Parce qu’on ne peut pas jouer pour une sélection à contrecœur où en ne sentant pas un minimum d’appartenance. En tout cas, Houssem Aouar n’a, jusqu’à lundi, pas donné de réponse pour la requête de la Fédération algérienne de football (FAF) et Djamel Belmadi. Devant être dans la liste de l’équipe de France, que le sélectionneur Didier Deschamps rendra publique demain, la FAF a cru comprendre que son ce silence équivaut à un « non ». A moins que…

Djamel Belmadi, driver des « Fennecs », avait publiquement affiché son intérêt pour le concerné. Sans pour autant en faire une obsession malgré son immense talent. « Aouar ? Ça fait un moment que je le suis de manière directe ou indirecte. Bien sûr qu’on le suit depuis 3 mois, maintenant bien sûr qu’on va s’asseoir, on va discuter et expliquer les choses. Après on va voir le discours qu’on aura en face », avait prévu le boss technique de l’EN.
Il attendait de le rencontrer pour voir la tendance et sonder l’envie du milieu de terrain. « Maintenant, si on sent qu’il a l’envie de jouer pour son pays d’origine on avancera d’un pas, mais s’il ne se sent pas concerné, on passera à autre chose. Bien sûr, on souhaite qu’un joueur comme Houssem, qui est une valeur ajoutée, soit avec nous», avait-il indiqué. Quelque mois plus tard, l’architecte de la 2e consécration algérienne en Coupe d’Afrique est fixé. Aouar ne devrait pas faire partie des plans futurs.

Une perte mais…
Les premiers indices étaient déjà là lors de l’été 2019. Au moment où les Verts luttaient pour se poser sur le toit continental en Egypte, le Rhodanien disputait l’EURO-2019 des U-21 en Italie avec les « Bleuets ». Tournoi que les espoirs français, passés en tant que meilleur second des 3 groupes, ont été sortis en demies par les Espagnols (1-4). Durant cette campagne, Aouar a terminé avec 0 but et 0 passe décisive et un pénalty manqué contre l’Angleterre. D’ailleurs, il n’était pas titulaire indiscutable.
Dans la continuité de ce choix de sélection, il devrait porter la tunique bleue pour le restant de sa carrière. Surtout qu’il ne sera pas concerné par la dérogation internationale que la FIFA envisage de « promulguer » incessamment. En effet, la structure planétaire devrait réviser les critères de sélection qui permettent à des internationaux de changer de nationalité sportive, Aouar, qui a dépassé l’âge limite de 21 ans, ne pourra plus reculer. Même s’il aura moins de 3 capes à son actif. Pas de machine arrière ni de marge de manœuvre pour lui.

Aulas, le coup de pression
En tout cas, ce qu’il faut savoir c’est que Belmadi et la FAF ont fait le nécessaire en lui montrant un intérêt concret. Il pouvait rejoindre une sélection qui vient d’être couronnée sur le plan africain en plus de renfermer des joueurs talentueux comme Riyad Mahrez, Ramy Bensebaïni, Youcef Atal, Aïssa Mandi ainsi qu’Ismaël Bennacer. Avec ce dernier, dont le choix de l’Algérie ne l’a pas empêché de signer pour le géant Milan AC, le Rhodanien aurait pu faire un superbe tandem dans l’idéal et comme souhaité par beaucoup d’Algériens après avoir vu l’énorme bagage footballistique d’Aouar.
Pour avoir grandi à Lyon et joué à l’OL, celui qui est sérieusement pisté par la Juventus Turin, semblait prédestiné à jouer en EDF selon le président Jean-Michel Aulas. Son président souhaitait même que Deschamps le verrouille. « Si Didier Deschamps veut le bloquer par rapport à la sélection algérienne, il peut faire des choses… Je suis heureux pour lui car c’est un pur talent qui vient de l’Academy. J’ai vraiment envie qu’il réussisse jusqu’au bout, peu importe ses orientations en matière de sélection », avait déjà déclaré le chairman des Gones.
C’est ce cas de figure qui va se produire avec une liste que communiquera Deschamps dans 24 heures pour la date FIFA de septembre. Une fenêtre qui ne concerne pas l’Algérie et la CAF puisqu’il n’y a que la zone UEFA qui a été autorisée à disputer des rencontres. n