Il aura marqué les mémoires. Gerd Müller, le mythique attaquant allemand, a rendu l’âme hier
à l’âge de 75 ans. Après Diego Maradona, le monde du football perd l’un des joueurs les plus emblématiques dans l’histoire.

Par Mohamed Touileb
Le parallèle est dramatique. Mais l’anecdote mérite d’être relevée. Le 22 mai dernier, Robert Lewandowski dépassait le record improbable de Gerd Müller qui était jusque-là le buteur le plus prolifique sur une saison en Bundesliga avec 40 réalisations. Le Polonais avait réussi à planter 41 pions dépassant la marque de l’Allemand établie lors de la saison 1971-1972 avec les Bavarois.
« Lente glissade vers l’au-delà »
A ce moment-là, on avait comme l’impression qu’une page s’est tournée. Quelques mois après, Müller a quitté ce monde. Lui qui passait le gros de son temps à dormir comme l’avait révélé son épouse le 03 novembre 2020, le jour de son anniversaire, évoquant une « lente glissade vers l’au-delà ». « Il est presque 24 heures sur 24 au lit, il n’a plus que de rares moments d’éveil », affirmait-elle, « c’est beau lorsqu’il ouvre un peu les yeux. Parfois, il arrive à faire oui ou non en bougeant un cil […], il est calme et paisible, je crois qu’il ne souffre pas ».
Le fer de lance qui a marqué 68 buts en 62 sélections avec l’Allemagne fédérale n’ouvrira plus jamais les yeux. Mais le monde peut toujours jeter un œil sur l’un des plus beaux palmarès en Allemagne. Avec les « Bavarois », il a décroché trois Coupe européens (Coupe d’Europe des clubs champions, actuelle Ligue des Champions UEFA NDLR), quatre titres de champion d’Allemagne (1969, 1972, 1973, 1974), quatre coupes nationales, une coupe d’Europe des vainqueurs de coupes et une coupe du monde des clubs. Sous le maillot de la « Mannschaft », qu’il a porté jusqu’à l’âge de 28 ans seulement avant de décider de prendre une retraite internationale précoce, il a été sacré Champion du monde (1974) et champion d’Europe (1972). Pour ce qui est des distinctions personnelles, on notera qu’il a été élu Ballon d’Or en 1970 et récipiendaire de deux Soulier d’Or européen en 1970 et 1972. On ne peut pas dire qu’il n’avait pas le sens du but.
D’ailleurs, il a été nommé « Der Bomber » (Le Bombardier en allemand) en référence à sa cadence de buts qui était hors normes. Il était même parvenu à trouver le chemin des filets à 85 reprises en… 60 matchs sur l’année civile 1972. Il aura fallu que le prodigieux Lionel Messi batte ce record en 2012 avec le FC Barcelone parvenant à faire mouche 91 fois en 68 apparitions.
Cela nous permet juste de situer le génie du regretté Müller dont les performances ont traversé les décennies devenant des références pour des footballeurs hors du commun comme Messi et Lewandowski. D’ailleurs, ce dernier a besoin d’un miracle pour atteindre la barre de 365 buts en 427 matchs de Müller avec le Bayern en Bundesliga. L’actuel baroudeur des Munichois a 278 unités au compteur. Cette marque d’un autre temps de l’homme aux plus de 700 buts en carrière semble pouvoir résister de longues années telle une empreinte indélébile comme celle qu’a laissée Müller. n